3 août 1940 lettre d'Eugène Jolas à Goll

                                                                       c/o Van Brunte

                                                                       Van Brunte Manor Road

                                                                       East Seataukett,  L.I. N

                                                                       Aug :  3. 40

Mon cher Goll :

Votre lettre  m'a atteint  au  bord  de  la  mer  dans  une grande  solitude .

Je suis très heureux d'apprendre la naissance de LA FRANCE EN LIBERTE.

Je  suis  convaincu  que  la  nouvelle revue, sous  votre direction, sera

de  la  plus  haute  importance  en  Amérique.  Les  collaborateurs  vous  ne

manqueront  pas.  Vous  pouvez  compter  sur  moi  sans  réserves.

Je suis un peu  étonné  du  ton  sarcastique  dont  vous  usez vers  la  fin  de

votre  lettre.  Vous  oubliez  un  peu  cavalièrement  tout  ce  que  j'ai  fait

pour  vous  dans  le  passé et  le  peu  d'empressement que vous avez  toujours

montré envers  mes propre efforts.  Je vous rappelle  par  exemple  la  part

que j'ai  consacrée  à  vous  et  à  Claire dans le Chicago Tribune.  Je vous

rappelle  aussi  les  traductions  que  j'ai  faites  de  vos poèmes  dans  Tran-

sition . Quant à Vertigral,  c'est  Arp qui  s'est  opposé à  votre  collabora-

tion.  Et  Volontés  :  j'ai  toujours  lutté  pour  vous  contre les  opinions

assez  acerbes  des autres. Je ne me  rappelle  pas  que vous avez jamais

écrit une  seule  ligne  sur  moi  dans  le  passé. Mais  cela m'était  toujours

égal.  Pour  parler  de  vous  en  Amérique,  j'attendais le numéro  de  la

Vxx  Partisan  Review   que  je  viens  de  recevoir  ici. D'ailleurs  j'aime

beaucoup ce poème.

Je vous souhaite bonne chance avec la nouvelle revue.

Bien des choses à Claire :

Very cordially

EugeneJolas

                                  

5 août  1940, double dactylographié lettre de Goll à Lionel ABEL

                                                           136 Columbia Heights

                                                           Brooklyn

                                                           Nov. I, 1940

                                                           August 5. 1940

            Cher Monsieur,

            Il y a longtemps que je voulais vous exprimer mon

admiration  pou  le  beau  travail  que  vous  avez  accompli

en  traduisant  divers  poèmes  de  Rimbaud,  et  surtout

l'étonnante  réussite  du  "Drunken  Boat".

                        But  I,  boat  locked  fast  between  river-lipa

                        Flung  by  the  tempest  into  birdless  zone

                        I  whom  no  Monitors,  no  Hansa  schips

                        Could  fish  up ,  water  drunken,  carcass  gone

            Voua avez  vaincu  des  difficultés  aussi  grandes  que

celles  qu'offre  la   navigation  dans  les  mers  antiques.

            Ce que je remarque surtout,  c'est que vous  avez  réduit

l'alexandrin  de  12  syllabes  au  vers  (iambique)  de  10

syllabes :  et  vous  avez  eu  xxxx  raison . Depuis  que j'ai

eu  la  possibilité  de   comparer les  prosodies  française  et

anglaise ,  je  trouve que  le  vers  anglais  emploie  beaucoup

moins  de  syllabes,  et  qu'il  faut  toujours  l'écourter

pour régler le compte  avec  le  français.

            Vous avez  sans  doute  vu  dans  " Partisan-Review " le

poème  de  Jean  sans  Terre  :  après  coup  je  me  rends  compte

qu'il  eût  mieux  valu  employer  en  anglais  un  vers  de 8  syllabes

ou  plutôt  de  quatre  pieds  :  car  le  même nombre  force  le

traducteur  anglais  à  faire  des  additions.

            D'ailleurs  la  plupart  des poèmes  dont  se  compose

" Jean  sans  Terre "  sont  écrits  en  vers  très  différents,

et  le  plus  souvent ,  de  5  syllabes seulement,  ce  qui  les

rend  très  différents  de  ceux  que  vous  avez  lu  dans  la

Partisan - Review.

            Je  voudrais  vous  envoyer  les  3  volumes  parus  à Paris,

dès  que  je  connaîtrai  votre  adresse .  J'espère  que  cette 

lettre  vous  parviendra,  vous  apportant  l'expression  de

mes  sentiments les meilleurs

                        

SDdV

12 août  1940, double dactylographié lettre de Goll à Jacques Maritain

                                                           136 Columbia Heights

                                                           Brooklyn

                                                           12 Août 1940

  Cher Jacques Maritain

    Dois-je  vous  avouer  que  votre  lettre  du  30  Juillet

a  été  très  salutaire  pour  moi, et que  vos  suggestions

pendant  votre  visite  chez  nous  m'ont  rendu  un  grand 

service ?

            J'ai  en  effet  pris  la  décision  d'éviter  tout  ce  qui

pourrait  sentir  la  politique  et  la  chose  actuelle.

Dans  ce  but ,  je  me  suis  séparé  de  mon  collaborateur

de  la  première  heure,  qui,   lui , veut  suivre  un chemin

différent.

            J'ai  abandonné  le  titre  "La  France  en  Liberté"

pour  un  autre  plus  neutre :  " La  Revue  Française  de

New  York ",  et  le  choix  des  collaborateurs  comme  les

sommaires  suivront  la  même  ligne.

             J'ai trouvé un  excellent collaborateur en  M. Colin,

qui  a  tant  fait  pour  les  lettres  et  les  arts  français,

et  qui, en  ce  moment ,  prépare  un  hiver  triomphal  à

M. Maeterlinck.

             M. Colin   voudrait  vous  inviter  un  de  ces  jours

à  déjeuner ,  pour  avoir  en   même  temps  l'occasion  de

vous  exposer  en  détails  tous  nos  projets,  tant  au 

sujet  de  la  ligne  générale  de  la  revue ,  que  des

collaborateurs  etc.

            Serez-vous libre  jeudi  prochain ?

            Nous  vous  téléphonerons.  En  attendant,  veuillez,

je  vous  prie, transmettre  à  Madame  Maritain  et  à  sa

sœur  les  meilleurs  souvenirs  de Claire

                                   et  de  votre  dévoué

                                               Ivan  Goll

SDdV

13  août 1940 : lettre de Jacques Maritain à Goll

New York City

30 Fifth   Avenue

                                               13  Août 1940

                                   Cher Ivan Goll,

                 Je réponds en hâte à votre lettre.  Je serai heureux

de  déjeuner  un  jour  avec  vous  et   M. Colin  ,  mais  cette 

semaine je  dois  m'absenter,  mieux  faudrait  choisir  un  jour

de  la semaine  prochaine. Voudriez - vous téléphoner un de ces

matins  pour  fixer  le  jour  ?

            Merci  des  adresses que vous me donnez de nos amis.

Je  vais  les transmettre à  l'Emergency  Reszcue  Committee.

                    A  bientôt.  Nos  meilleurs  souvenirs  à Madame

Goll

                        Croyez-moi votre  cordialement dévoué

                                                                       Jacques  Maritain

SDdV 510.318

18 août  1940, double dactylographié Goll au Prof. F. M. du Mont

                                                           136 Columbia Heights

                                                           Brooklyn

                                                           Aug.  18.  1940

                        Dear Prof. du Mont :

SDdV

18 août 1940 lettre d'Eugène Jolas à Goll

                                                                       c/o Van Brunte

                                                                       Van Brunte Manor Road

                                                                       East Seataukett,  L.I. N

                                                                       Aug :  18. 40

Mon cher Goll :

Vous  avez  raison :  la politique  est  l'ennemi acharnée de la poésie .

On  a  vu  ça  dans  la  littérature  depuis  dix  ans : la  stérilité  et  le

bon  sens de  la  propagande. Une revue  française à New York devrait

prolonger  la  durée  de la  poésie qui  sera  certainement  étranglée  sous

le  régime  fasciste  dans l'avenir.  Je  vous  souhaite bonne chance  avec

la  nouvelle  revue . Je  vous  envoie  quelques  poèmes, et si  vous  ne 

les  aimez  pas,  j'en  ai  d'autres.

            J'avais déjà écrit mon petit article dans  Living  Age - quel  boulot

tout de même  quand  votre  lettre  était arrivée. J'ai  parlé  de  votre

poème  dans  la  Partisan  Review.

Ma  femme et mes enfants arriveront finalement vers la  fin  de septembre.

Je  suis très  heureux.  On  va  recommencer la  vie.  Elle aura des nouvel-

les de Joyce qui a passé toute  la  guerre  dans  son  village.

Je  serai à  New York vers la  première  semaine  de  septembre,  et je vous

ferai signe.

Avec mes amitiés à vous  deux

Always

GeneJolas

SDdV

août ou septembre (?) 1940  lettre  de Pearl Minor à Goll **

                        Cher  ami,

                        Je  vous  remets  ci-jointe  la  lettre  à  envoyer

aux  heads  of  French  departments,   ainsi  que  la  vôtre.

                        Prière  de  noter ,  et  c'est  très  important  que

ici  vous  êtes  titulaire  d'un  Doctorat  de  Philosophie,

tandis  que  dans  votre  première  lettre ,  si  je  ne  me  trompe,

vous  étiez  titulaire  d'un  doctorat  de  sciences  politiques.

Ceci  est  grave.

                        Egalement, dans  le " Partisan  Review " vous  êtes

donné  comme  Suisse ,  tandis  que  ailleurs  vous  voulez

créer  l'impression  que  vous  êtes  français.  Faut  pas.

                        L'Association des Professeur  Français en Amérique

est  au  Lycée  Français  ( Chercher  l'adresse  dans  l'Annuaire

téléphonique.  Numéro  de  téléphone  est   At  9-1460).   Mr.  Pierre

Rodin  est  Président  de  l'Association  et  Directeur  du  Lycée.  C'est

le  renseignement  que  vous  voulez  ?

                        D'ici  qq  jours je vous enverrai  les noms des universités

non  trop  loin  de  New-York  à  qui  vous  pourrez  faire  votre  l'offre.

                        Egalement je pense  qu'une série de conférences comme

vous  proposez  faire  serait  peut-être   intéressant   au  Museum  of

Modern  Art.  Je  tâcherai  de  vous  procurer le  nom  de  la  personne

à  qui  il  faut  s'adresser.

                        Vladimir  Jabotinsky   est  décédé subitement  il  y  a  une 

dizaine  de  jours.  Un   terrible   coup.

                                                           En  hâte

                                                                       Pearl Minor

P.S.  Il vaut mieux  de  continuer de  vous  servir de mon  adresse :

c/o Minor, 308  W 30th St.  pour ne pas mettre la  confusion dans l'esprit des heads.

SDdV

27 août 1940 : double d'une lettre de  Goll à Clark Mills : ****

                                                                       136 Columbia Heights

                                                                       Brooklyn

                                                                       August 27, 1940

            Mon cher Clark

            Voici vraiment la première nouvelle réconfortante  qui

me  parvienne  depuis  mon  arrivée  en  Amérique  - il  y a

exactement  un  an  cette  semaine !  Et  c'est  à  vous  que  je

la  dois  !  Sachez,  dans  quelle   mesure  cela  me  lie  à  vous !

Cette  proposition  de  Pearce  me  rend  un  courage que  j'étais

en  train  de  perdre  complètement.

     Et  je me  sens  en  ce moment  tellement  peu  en  forme que

je  redoute  d'aller  chez  cet  éditeur.     Au  contraire,  je

vous  propose  d'engager  seul  des pourparlers  avec  lui.

J'ai  aussi  d'autres  raisons  pour  ceci.

            I) La maison  Duell, Sican  et  Pearce  s'est  directement

adressée  à  vous  et  non  à  moi.  C'est  normal,  c'est  vous,

le  traducteur ,  l'auteur  du  texte  anglais,  qui  devez  traiter 

avec  elle.  C'est  vous  qui  devez  représenter  mes  droits.

            2) Le poète ne peut pas lui-même plaider pour son œuvre,

comme  doit  le  faire  le  traducteur.  Ce  ne  serait  même  pas 

digne.  En  plus,  avec mon  mauvais  anglais, je  serai  toujours

en état d'infériorité.

            3) Le poète  invisible a  toujours plus  de prestige.  Au

fond,  il  vaudrait mieux  que  je  sois  mort.  Mais tout de même,

n'attendons pas aussi longtemps.

            Ne  m'en  veuillez  donc  pas,  si  je  ne  vais  pas  chez Pearce,

et  si   je  vous  prie  de  conduire  les  pourparlers.  Ne  m'en

veuillez  pas,  si  la  question  d'un  emploi  pour  vous  ne  soit

pas  immédiatement  abordée .  Je  crois  que  vous  seriez  aussi

beaucoup  plus  à  l'aise  pour  discuter  cette  question, si  vous

étiez  déjà  l'auteur  de  la  maison,  si  vous  aviez  un  contrat,

si  vous  y  sentiez  en  quelque  sorte déjà  un  peu  chez  vous.

            D'ailleurs,  à  première  vue,  votre  espoir  me  semble

léger ;  selon  le  titre  de  la  firme ,  ils  sont  déjà  trois

directeurs.  Il  vous  faut  trouver  un  poste  de  quelque 

envergure.  Mais  enfin,  c'est  à  voir.

            En  vous  proposant  de  traiter  seul  avec  cette Maison,

je  me  mets  délibérément  entre  vos  mains    non ,  j'étais

et  je  voulais  être  entre  vos mains  dès  le  jour,    vous

m'avez  proposé  de  traduire   " Jean  sans  Terre  ".

            D'autres  poètes m'ont  proposé  depuis  de  traduire   

" Jean  sans  Terre " :   j'ai  toujours  refusé  en  alléguant 

que  je  vous  considérais  vous  comme  le  traducteur.

( La traduction de  William  Carlos  Williams  me  semble

être  surtout  un  geste d'hommage  amical.)

            Vos  longs  silences  m'ont  souvent  chagriné.  Je

sais  fort  bien  que  vous  aviez  très  peu  de  temps, même

pour  vos  propres  oeuvres.  Mais  une  carte  postale de vous

m'aurait  tranquillisé,  alors  que  je  sentais  que  vous 

boudiez ,  sans  pouvoir  m'expliquer  pourquoi.

            Mais  enfin,  tout  s'est  aplani, et dimanche dernier,

j'ai  senti  votre  réelle  amitié.  Je  me  réjouis  beaucoup 

de  notre  rencontre  prochaine .  Je  crois,  en  effet,  qu'en

8  jours ,  nous  pourrions  abattre  un  travail  considérable.

Je  crois  qu'en  8  jours  vous  pourriez  traduire  au  moins

la  moitié  de  Jean  sans  Terre.  Les  premiers  livres  sont 

faciles  à  traduire,  surtout  si  vous  ne  vous  enchaînez 

pas  à  la  rime, ce  qui,  réflexion  faite, doit  être  envisagé.

            Pendant mon  séjour à  La  Havane, une jeune Cubaine

a  traduit tout  le  I.  Livre  de  Jean  sans  Terre  en  5  jours,

et  je  pense  que  la  traduction  espagnole  paraîtra  bientôt.

            Je  me  réjouis  énormément  à  la  pensée  de  venir

bientôt  à  Ithaca .  La  présence  de  Claire  créera  d'ailleurs 

une  ambiance  poétique ,  qui  est  de grande  valeur.  Vous

apprendrez  peut-être ,  à  notre contact,  une  forme  d'existence

que  vous  ne  connaissez  pas.  Les  discussions  littéraires 

avec  Claire  ne  seront peut-être  pas  sans  influence  sur

vous.

            J'attends  donc  de  vos  nouvelles.  Si  vous  avez

annoncé  ma  visite  à  Pearce,  écrivez-lui  maintenant 

que  je  suis  parti  à  la  montagne, et  que  je  vous  ai  chargé

de  mener  les  pourparlers.  Mais  ne  proposez  surtout pas

les  " Chansons  Malaises " :  je  les  considère  comme une

œuvre  mineure,  et  je  ne  désire  absolument  pas  qu'elles 

paraissent  avant  " Jean  Sans  Terre ". Vous  savez  que  je 

laisse  dans  l'ombre  toute  ma  production  d'avant  " Jean 

Sans  Terre ", et  que  je  n'ai  jamais  eu  beaucoup d'enthou-

siasme  à  la  pensée  d'envoyer  des extraits  des  " Chansons 

Malaises "  aux  revues .   Je  ne  veux  être  introduit  aux 

Etats-Unis  que  par  " Jean  Sans  Terre ".  Plus  tard,  nous

verrons.

            Mon cher Clark : je lutte hautement pour mon  œuvre,

l'unique  chose  qui  m'importe  avant  de  mourir. Permettez-moi

de  ne  penser  qu'à  elle,  pour une  fois.

                                   Ma  main  amie

SDdV 818 052

28 août 1940 : double d'une lettre de  Goll à Clark Mills :

                                                                       136 Columbia Heights

                                                                       Brooklyn

                                                                       August 28, 1940

            Mon cher Clark

             Merci  pour  votre  précieux  envoi  de  ce  matin :  les

trois  photos  ont  beaucoup  réjoui  Claire,  dont  le  premier

geste  a  été  d'aller  m'acheter  un  flacon  de  brillantine.

            Quant à " Hérodias " que  j'attendais depuis longtemps,

c'est  avec  un  plaisir  de  gourmet  que  j'en  ai  savouré

la  traduction,  note  et  commentaires.  Vous  apportez  une

contribution  importante  à  l'art  de  traduire . J'admire

que  vous  puissiez  combiner  l'exactitude  et  l'effet  poétique,

ce  qui  est  rare  et  ce  qui  est  l'idéal.

            Aussi,  inutile  de  vous  dire  combien  je  me  trouve

heureux  d'avoir  trouvé  en  vous,  comme  je  vous  l'écrivais 

hier  le  porte-parole  de Jean  Sans  Terre .

    A ce sujet,  je  vous  ai  envoyé  un  télégramme ce  matin

pour  ajouter  un  post-scriptum  à  ma  lettre  d'hier :

            Je  maintiens  qu'il  est  préférable  que  vous  entriez

d'abord  en  contact  avec  Pearce,  mais  je  veux  ajouter

que  j'approuve  entièrement  votre  attitude :   " it  might

be  better  to  let  him  persuade  us  to  give  him  manuscript,

rather  dan  to  seem  to  eager  ".

            Donc attendons un peu avant  de  lui  écrire davantage.

Je  craignais  que  vous  lui  écriviez  trop  vite  une  seconde 

lettre.  Je  suis  d'avis  que  nous  restions  muets  jusqu'au

jour    nous  pourrons  lui  présenter  tout  de  suite  un

manuscrit  terminé. Si  nous  nous  mettons  tout  de  suite au 

travail, comme  vous  me  le  faites  prévoir,  nous  pourrons

lui  soumettre  un  travail  manuscrit  tout  prêt.

            Vous devez être éreinté par ce travail de déménagement !

Mais  peut-être  se  trouve-t-il  quelque  fée  (russe  ou  rousse)

pour  vous  aider  à  vous  installer ?

            Claire  ne  parle  déjà  plus  que  d'Ithaca. Elle  fera  très

bien  comme  Pénélope.

                                               Bien  à  vous

SDdV 818 052

30 août 1940 : double d'une lettre de  Goll à William Carlos Williams ***

                                                                       136 Columbia Heights

                                                                       Brooklyn

                                                                       August 30, 1940

            Mon cher William Carlos Williams

            Votre  long et inexplicable silence commence à m'inquiéter

après  qu'au  mois  de  juillet, ou  même de juin,  vous  m'aviez 

promis  " qu'on  se  verrait  dans  quelques  jours ".  A  force

d'attendre ,  on   s'habitue  à  l'attente ,  et  l'on   souffre ,

au  lieu  de  prendre  la  plume  et  d'écrire  soi-même.

            Finalement ;  les suppositions  les  plus  folles  me

viennent  à  l'esprit  :  W.C.W.  est-il  fâché  contre  moi  ?

Lui  a - t  on monté  la  tête ?  ai-je  quelque part  des  ennemis

inconnus ?

            Peut-être  vous  imaginez-vous  que  je  vous  ai  caché

quelque  chose    en  attendant  simplement  votre  arrivée

pour  m'ouvrir  à  vous  tout  entier ?  N'avez-vous  pas aimé

la  publication  de  " Jean  Sans Terre  traverse  l'Atlantique "

dans " Partisan Review" ?   Taupin  vous  a-t-il  raconté  à  sa 

façon  nos  projets  d'éditer  " La  France  en  Liberté ",  projets

arrivés  à  un  point  mort,  lorsque  je  déclarai  qu'en  principe,

un  magazine,  comme   je  l'envisage,  devrait  s'abstenir

de  tomber  dans  la  politique  et  dans  la  polémique ? Et  sans

doute  attendiez-vous  que  je  vous  entretienne  à  mon  tour 

de  cette  entreprise ?

            Tout  cela  serait  de  peu  d'importance,  si  nous  avions 

eu  un  entretien  d'une  heure, et  si  nous  avions  pu  échanger

des  pensées ,  que  depuis  toute  une  vie,  nous  avons  omis

de  nous  communiquer.

            Enfin  il  reste  une  troisième  supposition :  j'ai  envoyé

à  James Laughlin  votre  traduction  de  "John  Landless leads

the  Caravan ".  Je  crois  que  je  vous  avais  annoncé  jadis

mon  intention  d'envoyer  le  poème  à  " Poetry " de  Chicago,

et  vous  ne  vous  y  êtes  pas  opposé.  Plus  tard, j'ai  pensé

que  " New Directions "  était  bien  plus  important. Et  j'ai

aussi  envoyé  un  autre  poème  inédit  " Jean  sans Terre  nettoyé

par  le  vide "  et  sa  traduction  par  Clark  Mills .

            Je  n'ai  pas  reçu  de  réponse  de  Laughlin,  ce  qui 

m'étonne  aussi  beaucoup.  Je  sens  de  ce  côté  une  certaine

résistance,  qui  me  semble  étrange  également.  Je  me  demande

si  les  Surréalistes,  dont  il  prépare  une anthologie,  n'y

sont  pas  pour  quelque  chose.  En  tout  cas, je  sais  que

Nicolas  Calas  est  entré  dans  une  violente  colère  à  la

lecture  de  la  " Note  on  Jean  sans  Terre " par  Louise

Bogan, dans  " Partisan Review "  de July-August, où  elle

écrit  des  choses  vraiment  faites  pour  déplaire  aux

Surréalistes,  mais  pour  lesquelles,  au  fond, je  ne

suis  nullement  responsable !

      En  ce moment  donc,  les Surréalistes ont  une  place

favorite  à  " New  Directions ".  Est-ce  pour  cela  que

Laughlin  me  boude ?  D'ailleurs,  je  ne  suis  pas  du  tout

antisurréaliste  :  au  contraire,   je  me  sens  aussi   surréa -

liste  que  beaucoup  d'entre  le  groupe ,  sans  en  faire

partie  officiellement.

     Il  se  peut que toutes ces  suppositions  soient erronées,

et  que  de  toutes  ces  élucubrations  bien  françaises,

rien  ne  soit  pas  possible  dans  cette  grande  et  franche

Amérique.

     En  effet, l'accueil  des  Américains  est  si  généreux,

et  vous-même  m'en  avez  donné  un  exemple  si  sensible,

que  j'ai  honte  maintenant  de  ces  craintes  mièvres.

    Je  montre  à  tout  le  monde  votre  belle  traduction

de  " John Landless  leads  the  Caravan  ", dont  je  suis

si  fier.

     Mon  Dieu,  que cette question des  traductions est

donc  difficile.  Le  traducteur  est  toujours  quelqu'un 

qui  se  sacrifie et  qui  se  soumet.  Et  les  poètes  ont

leurs  propres  chimères  qui  les  tourmentent. Ainsi,

Clark  Mills,  qui  est  professeur  à  Cornell,  Ithaca,

ne  peut  aussi  me  consacrer  que  peu  de  temps.

     De  désespoir,  savez-vous ce que je viens de faire?

Je  viens  de  traduire  moi-même  mon  dernier  poème  :

"  Jean  Sans  Terre  aborde  au  dernier  Port ", et  je  suis

tout-à-fait  confus  du  résultat.  Je  vous  l'envoie

ci-inclus, et  je  vous  serais  très  reconnaissant  de

me  dire  très  franchement  ce  que  vous  en  pensez.

   J'aurais  voulu  envoyer  ce  poème  aussi  à  Laughlin,

de  sorte  qu'il  ait  ainsi  une  petite  trilogie,  dont  je

vous  soumets  ci-inclus  aussi  les  2  autres  pièces.

   Nous  habitons  maintenant  à  Columbia Heights, régnant

ainsi  sur  tout  le  port  de  New  York,  de Brooklyn  Bridge

à  la  Statue  of  Liberty.   Je  lui  dois  " Le  Dernier  Port ".

Viendrez-vous   un  jour  contempler  cette  vue  unique ?

            Croyez-moi  très  affectueusement  votre

SDdV

1er septembre 1940 : double d'une lettre de  Goll à Clark Mills ***

                                                    New York, Sep  I, 1940

            Mon cher Clark,

      C'est  vraiment le cœur  battant,  que je vous  regarde

vous  débattre  avec  tant d'obstination  contre  un  sort

défavorable.  Cornell  est  en  train  de vous  dévorer, et

vous  luttez  contre  cette  hydre  avec  le  courage  d'un 

Thésée .

    Je  me  sens  presque  coupable, ici  à  New York, de  ne

pouvoir  vous  venir  en  aide.  Mais  moi-même  arrivé  ici

il  y  a  exactement  un  an , je  n'ai  pas  encore  réussi  à

gagner  un  seul  dollar     sauf  ceux  de  Partisan  Review.

            Il  semble  que  le  poète,  dans  la  société  actuelle,

soit  condamné  d'avance,  soit  à  la   famine ,  soit  à  la

reddition  et  à  l'abandon  de  sa  liberté.

            Mais ,  restons  poètes ,  l'un  vis-à-vis  de  l'autre.

Vous  êtes  venu  vers  moi  à  Noël,  il  y  a  8  mois, pour

me  proposer  de  traduire  Jean  sans  Terre . Aujourd'hui,

2  poèmes  sont  traduits,  et  pas  un  seul  des  3  volumes

existants.    Je  comprends  l'angoisse  qui  vous  étreint

à  la  pensée  de  l'hiver  prochain.  Mais  je  vous  demande

une  seule  preuve  de  votre  "faithfullness"   envers  " Jean

sans Terre"  :  c'est  de lui  consacrer  pendant  ces  vacances,

c'est - à - dire  avant  le  25  Sep.,  8  jours  entiers.  Si  cela

ne  vous  est  pas  possible,  vous  m'avertissez  vous-même 

que  le  cas est  sans  espoir.

            Vous  le  sentez  vous-même  qu'un  traducteur  doit à

l'œuvre ,  dont  il  a  pris  la  charge,  un  dévouement  spécial :

il  l'adopte ,  il  doit  faire  pour  elle  autant  que  pour  ses

propres  enfants.

            Les  résultats  ont  prouvé  que  le  temps  consacré  à

Jean sans Terre  ne  serait  pas  du  temps  perdu.  Vous  me

demandez  mes  derniers  manuscrits :  j'en  ai  très  peu.

Vous  avez  la  Chanson  de  France. Le  poème  traduit par

William Carlos  Williams  est  le  I  du  3. Volume.

            Ce  qui  importe  aujourd'hui,  c'est  de  préparer  le 

terrain  pour  la  traduction  des  3  volumes   (en  partie).

Aussi,  c'est  ce  que  je  viens  de  faire,  en traduisant  pour

mon  plaisir  " JST  devant  le  Miroir "  (Vol. I.)  J'ai  même

joué  la  difficulté  en  employant  la  double  rime, ce  qui

n'est  pas  nécessaire.  J'ai  simplement  voulu  voir  ce  que

cela  pourrait  donner.  Vous  sourirez  peut-être.

            Les  jours  prochains  éclairciront  la  situation.

Je  vous  ai  demandé  d'écrire à  M. Pearce  dans  le  cas

  vous  seriez  vraiment  le  traducteur  et,  pour  ainsi

dire,  le  fondé  de  pouvoirs  de " Jean sans Terre" . Et

pour  lui  annoncer  que  nous  lui  soumettrions  au  moins

une  partie  de  la  traduction  avant  la  fin  de  ce  mois.

Mais  si  vous  ne  voyez  pas  la  possibilité  d'arriver  à

ce  résultat,  inutile  de  lui  écrire.  J'irai  le  voir.

    Seligmann  m'a  dit  que  vous  aviez  décidé  de  publier

un  nouveau  volume  avec  lui.  Peut-être sont-ce  des

travaux  de  dernière  heure  qui  vous  empêchent  de  vous

consacrer  à  une  tâche  promise  depuis  des  mois ?

                                   Croyez-moi  sincèrement vôtre

SDdV 818 052

3 septembre 1940, lettre de William Carlos Williams à Goll

                                                           September  3 .  1940

Dear  Goll  :

            We  ' ll  meet  around  New  York  sometime  this  winter  I 'm

sure  but  let 's  not  pretend  more  than   is  possible. I  had   every

intention  of  going  in  to  see  you  as  I promised  last  spring  but

found  it  impossible  at  the  time  due  to  the  work  here  where   I

my  mind  to  let  it  go  at  that.  I  can  do  no  more.  I 'm  sorry  if

you  have  counted  on  my  closer  assistance.

            As  you  say  I  did   meet  Calas  at  the  house  of  a  friend

and  spoke  to  him  of  you.  He  said  he knew  you  but  gave me the

impression that  you  were  not  friends.  He  did not however attack

you, he merely said that you  had nothing  in  common.

            Then  I  saw  your  name  on  Rene  Taupin's  prospectus  and

expected  that  I  might meet  you  ar  his  house  in  the  country  one

Sunday  when  I  was  there.  But  a  said  that  you  had  decided not

to  contribute  to  his  new  magazine. So it  goes. The  unexpected is

always  happening  and  what  we  expect  to  do we  seldom  fully

accomplish. My  life  is  an  extremely  busy  one.  I  find too  often

that  I  have  promised more  than  I  can fulfill.  I  must  stop  it.

            The  translation  by  Clark  Mills  is  I  think  very  well  done.

My  own  seems a  bit  awkward compared  to  it  though  I  have  not

compared  the  originals. Your  own translation  of  the  third  place

is  rather  poor. You  have changed the  meanings  of  the  lines  so

much  that  the  translation  wouldn ' t  evan  be recognized  as  the

original  in  several  places. For  that reason  I  have  sent  with  this

a  sketch  of    hat  seems  to  me  a   better  basis  to  work  on.

            The  world  is  in  so  disturbed  a   state  that  I  hope  you

will  forgive  me#  for  my  dilatoriness.  I  can ' t do more than I am

doing. An  may  I  say  that  I  admire   what  you  have don  even

though  I  understand  quite  well why  Nicolas  Calas  opposes  you.

I  agree  with  him  in  some  things    as  you  do  yourself.

                                               Sincerely  yours

                                   WCWilliams

SDdV

5 septembre 1940 : double d'une lettre de Goll à Padraic  Colum

                                                                       136 Columbia Heights

                                                                       Brooklyn. N.Y                                                                                                                     Sep  5, 1940

            Chers  Amis,

  N'ayant  plus  rien  entendu  de  vous  depuis  longtemps,

nous  espérons,  Claire  et  moi,  que  vous  avez  passé

un  été  à   la   fois  agréable  et  fertile.   Fertile  dans  le

double  sens ,  que  vous  ayez  pu  faire  des  lectures,

mais  aussi  que  vous  avez  pu  écrire  des  oeuvres .

            Pour  ma  part,  je  souhaite  que  le poète  Padraic

ait  de  nouveau  écrit  une  série  de  poèmes,  dédiés  soit

aux  fleurs  aux  oiseaux  ou   aux  étoiles,  et  dont  chacun

contient  pourtant  le  monde  entier.

            Pour  ma  part,  cet  été,  j'ai  enregistré  un  premier

résultat  :  "Partisan Review"  a  publié  mon  poème

" Jean  Sans  Terre  traverse  l'Atlantique ",  en   français

et  dans  la  traduction  anglaise,  dûe  au  poète Clark  Mills,

qui  est  actuellement  Professeur  à  Cornell  University.

Ithaca.  ( Je  vous  envoie  le  numéro  du  magazine.)

            Et  justement,  je  voulais  vous  parler  de  lui  :

Clark  Mills  est  assez  malheureux  à  Ithaca , où  ses

travaux  universitaires  l'empêchent  dans  une  mesure

considérable  d'écrire  les  oeuvres  qui  le  hantent.

Il  cherche  un  autre  emploi  à  New  York,  mais  c'est

actuellement  très  difficile  d'en  trouver  un.

            Aussi,  pour  obtenir  un  peu  de  liberté,  il  brigue

cette  année  la  " Guggenheim  fellowship" :  je  crois  que,

si  vous  vouliez  donner  des  références  à  son  sujet,  et

appuyer  ainsi  sa  candidature,  vous  lui  rendriez  un

très  grand  service ,  et  à  moi  aussi ,  car  il  trouverait 

ainsi  plus  de  temps  et  d'aisance  pour  traduire  mes

poèmes  de  "Jean  sans  Terre ".

            Je  suis  à  votre  disposition  pour  vous  donner  tous

les  renseignements  que  vous  pourriez  désirer .  Dans

l'espoir  de  vous  revoir  bientôt  tous  les  deux  à  New  York,

recevez ,   chers  amis , les  meilleures  amitiés  de  Claire

                                               et  de  votre

SDdV

12 septembre 1940  carte de Goll à Mr et Mme Alphonse Lazard

chez M. Cahen, 26 Boul Lhotelier à Dinard, Ille et Vilaine, France

retour à l'envoyeur

Mes bien chers,

Je viens vous envoyer à l'occasion des fêtes les meilleurs voeux de Claire

et de moi-même, dans l'espoir que vous supportez en bonne santé et avec

confiance ces temps difficiles. Voyez(vous souvent ma chère Rebecca qui

est bien seule et à laquelle il faut pardonner bien des maladresses.

L'humanité est tellement à plaindre : il faut que les individus se pardonnent

leur condition humaine.

Bien des choses à vos enfants.

Sincèrement votre   Mignon

SDdV 510311. I

16 septembre 1940 : double d'une lettre de Goll à Edouard Roditi *** (1/16)

                                                                       Ithaca   Sep.  16, 1940

                                   Mon cher Edouard Roditi

            Le  premier  geste  de Clark  Mills, à  mon  arrivée  à

Ithaca  samedi  dernier,  a été  de  me  transmettre

votre  lettre.  Un  tel  souvenir  de Paris ,  venant  à  ma

rencontre,  dans  la  première  ville  à  l'intérieur  de

l'Amérique …. C'est  bien  bizarre, et  cela  m'a  beaucoup

touché.

   Je  me  rappelle  les  heures  ardentes  que  nous  avons 

passées  ensemble,  dans  ce  Paris ,  dont  la  poésie  était

encore  le  seul  souci,  " le  beau  souci ".

  Et  c'est  sur  les  chemins  poétiques  de  la  terre  que

nous  nous  rencontrons  de  nouveau. J'en  suis  ravi.  La

poésie  est  notre  seul  sauvetage  et  notre  dernière  raison

d'être.  Elle  vient  à  nous,  ici  en  Amérique ,  pour  nous

faire  oublier  la  dureté  de   notre  route ,  qui  est  longue,

longue  encore  sur  une  terre  qui  devient  pourtant  petite,

si  petite.

  Selon  votre  désir,  je  vous  envoie  mes  derniers  livres

de  vers,  qui  ne  seront, à  votre étonnement,  pas  du  tout 

ce  que  vous  attendiez,  puisque  vous  me  parlez  de  ceux

que  vous  avez  connus avant  1936.   Depuis   j'ai  entrepris

ce  poème  de  " Jean  sans  Terre "  dont  la  longueur  n'est

pas  à  prévoir,  puisqu'elle  dépendra  sans  doute  de  celle 

de  ma  vie.  J'exprime dans " Jean  sans  Terre "  tout  ce  que

j'ai  sur  le  cœur  et  dans  la  tête,  et  ce  que,  je  pense,

ont  aussi  tant  de  mes  contemporains.

  Voici  les  trois  volumes  qui  ont  paru  à  Paris.  Je  suis

en  train  d'écrire  le  quatrième  ici,  qui  contiendra  des

poèmes  d'une  haleine  plus  longue  que  les  quatrains  popu-

laires  des  premiers  volumes,  tel  que  ce  poème  qui  vient

de  paraître  dans  " Partisan  Review ".  Clark  Mills  me  les

traduit.

              Je  serai  très  heureux  de  lire  dans  "Diogenes " 

qui  a  aussi  demandé  à  Clark  Mills  quelques  poèmes  trad-

uits    votre  opinion  sur  cette  œuvre ,  à  cette  distance ,

dans  le  temps  et  l'espace,  de  ses  origines.

              Je  rentrerai  la  semaine  prochaine  à  New  York, où

nous  sommes  installés,  ma  femme  et  moi,  à  Brooklyn,  et

  nous  serons  heureux  de  vous  recevoir ,  si  vous  y  passez

un  jour. 

                                      Bien  cordialement  votre

136 Columbia Heights

Brooklyn, N. Y.                                             IvanGoll

SDdV

ne  peut  être  reproduit  sans  l'accord de l'UNIVERSITY OF CALIFORNIA

, LOS ANGELES DEPARTMENT  OF SPECIAL COLLECTIONS.

            

The Nation 151-n°41 (hebdomadaire) : 28 Sept. 1940 :

Ivan Goll, * Chanson de France Nous n'irons plus au bois ma belle

2 octobre 1940 : double d'une lettre de  Goll à Laughlin

                                                                       136 Columbia Heights

                                                                       BROOKLYN

                                                                       New  York

                                                                       Oct.  2, 1940

                        Cher  Monsieur  Laughlin

            Après  les  premiers  encouragements  que  vous  m'avez

         écrit  au   printemps   et  l'intérêt   que  vous  avez  porté

         à  mon  œuvre,  selon  une  lettre  que  m'a  envoyée à  cette   

        époque  Delmore  Schwartz,  vous  vous  êtes  subitement  détourné 

        de  moi,  et  je  viens  d'apprendre  enfin,  pourquoi .  C'est

        Nicolas  Calas  lui-même  qui  m'a  avoué  vous  avoir  décon  -

        seillé  de  publier  mes  poèmes.

            Nicolas  Calas  a  le  droit  de  ne  pas  aimer  ce  que  je

          fais .  Il  est  surréaliste .  Il  est  d'une école .  Et  vous

          connaissez  assez  bien  les  milieux  littéraires  de  Paris

          d'antan,  pour  savoir  qu'une  chapelle  exclut  sans  pitié

          tout  poète  qui  ne  professe  pas  sa  religion.

              D'autre  part, l'hostilité  de  Calas  redouble, lorsque

          dans  Partisan - Review,  Louise  Bogan,  en  écrivant  un

          petit  article  sur  moi   ( que  vous  connaissez  sans  doute)

          attaque  le  surréalisme. Cela  ne  fut  pardonné  ni  à 

          Bogan,  ni  à  Partisan,  ni  à  moi.

               Mais  vous,  cher  Monsieur  Laughlin, vous vous intéressez

          à  toutes  les  " New   Directions ".  Vous  n'auriez  pas 

          n'écouter  que  les  voix  d'une  rive,  et  rejeter  les  autres.

             Vous  admirez  par  exemple  aussi  William  Carlos  Williams

          (qui  n'est  pas  le  moins  du  monde  surréaliste)  et  j'ai

          le  grand  honneur  d'être  estimé  par   Williams.   Je  vous

          ai  déjà  envoyé  une  traduction  qu'il  a  faite  de  mon  poème

          " John  Landless leads  the  Caravan ".  Et  voici  qu'il  vient

          de  m'envoyer  une  autre  traduction  " John  Landless  at  the

          Final  Port ".

              Je  voudrais  vraiment  savoir,  Monsieur  Laughlin ,  si

          vous  rejetez  ma  poésie ,  et  pourquoi .  Les poètes  s'entre-

          déchirent  comme  des  loups.  Mais  vous  devez  être  un  juge 

          impartial

             Faut-il  qu'à  notre  époque,  le  poète,  chassé  de  partout,

          par  les  ennemis  de  l'esprit,  soit  finalement  dévoré 

          par  ….  les  poètes  ?

                                               Croyez-moi  sincèrement  votre

                        

SDdV

9 octobre 1940 ce brouillon de Goll  pour Gustave Cohen **

datée par  Claire  9 octobre  1941

            M. Clark  Mills  a  déjà  rendu  des  services  importants

à  la  littérature  américaine  et  française, comme  poète

et  comme traducteur.

            Les  nombreux  poèmes  qu'il a  publié  dans  Poetry,

Voices,  Partisan-Review,  et  autres  magazines  prouvent

qu ' il  allie  à  une  technique  du  vers  très  raffinée  et

personnelle  une  sensibilité  et  une  émotion, qui  font

de  ses  poèmes  des  modèles  de  perfection.

            Son  séjour  en  France  a  laissé  des  traces  profondes 

dans  toute  son  œuvre : il  y  a  étudié  à  fond le  symbolisme

et  il  en  est  devenu,  non  seulement  le  commentateur, mais

mais  un  héritier  indirect  pour  l'Amérique.  En  tant  que

poète ,  Clark  Mills  a  rapporté  de  France  une  série  de

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxx tableaux et  de  portraits  qui  expriment,

comme  dans   "Port-Royal "  ou  "Rimbaud" ,  xxxxxxx

toute  l'atmosphère  d'un  pays.  Le  génie  de  ses  paysages

et  l'esprit  de  ses  grands  hommes,  dans  des  raccourcis

merveilleusement  clairs  et  concluants.

            Cette  fréquentation  constante  avec  les  symbolistes

lui  a  également  permis  de  rapporter  en  Amérique, des

traductions  qui  prouvent  sa  parenté  avec  ses  pairs.

Dans  "Hérodiade"   de  Stéphane  Mallarmé,  qui  a  paru

cet  été  1940,  et  qui  lui  a  valu  les  éloges  d'un  grand

nombre  de  critiques,  Clark Mills s'est  attaqué  à  la  tâche

la  plus  rude ,   car  Mallarmé  est  réputé  pour  être  le  poète

le  plus  difficile  de  tous  les  symbolistes  ;  c'est  avec 

maîtrise  cependant  qu'il  a  surmonté  cette  suprême  épreuve.

            Ceci  dit,  c'est avec  une  grande  satisfaction  que

je  peux  attester  que  Clark  Mills  vient  de  traduire  une

grande  partie  de mon  poème en  trois  parties Jean sans Terre :

avec  une  aisance  et  un  savoir-faire  remarquables :

car  non  seulement  ,  son  vers  flexible  se  soumet  avec

un  élasticité  de  danseur  à  toutes  les  fantaisies  de

l'original,  mais  il  ajoute  aussi  les  raffinements  nouveaux

de la  langue  anglaise.  En  faisant  ceci, le  traducteur  ne

devient  pas  seulement  un  adaptateur,  mais  un  créateur.

            Clark  Mills  possède  en  lui  de  grandes  ressources

artistiques  et  spirituelles.  Je  suis  certain  que  s'il  avait

le  temps  et  la  liberté  de  s'adonner  corps  et  âme  à  la

littérature, il  produirait  des  oeuvres  de  grande  valeur.

SDdV

9 octobre 1940 : double d'une lettre de  Goll aux Chagall

                                                                       136 Columbia Heights

                                                                       BROOKLYN

                                                                       New  York

                                                                       U.S.A.

                                                                       9  Octobre  1940

            Chers   Marc  et  Bella

                  Nous  avons  reçu  de  vos  nouvelles  par  des  amis

            communs,  et  j'ai  eu  la  joie  d'apprendre  que  nos

            efforts  auprès  du  Museum  of  Modern  Art,  pour  organiser

            quelque  chose  pour  votre  peinture,  sont  couronnés  de

            succès.  Sans  doute  avez-vous  été  avisés  directement.

                        Mais  de  notre  départ,  nous  sommes  tout-à-fait  à

            votre  disposition  pour  faire  d'autres  démarches  dont

             vous  auriez  besoin.

                        Savez-vous  que  vos  amis  de  Toronto  sont  arrivés

            ici ?  C'est  M.  qui  vient  de  me  le  téléphoner.

                        Nous  espérons  que  vous  vous  portez  bien ,  tous 

            les  quatre, et  que   c'est  en  famille  que  vous  pourrez 

            entreprendre  le  voyage.

                        Recevez  notre  fraternel  souvenir

SDdV

10 octobre 1940  carte de Goll à Madame Veuve D. Kahn

chez Madame Le Marinier, 24 Boul Lhotelier à Dinard,Ille et Vilaine, France

retour à l'envoyeur

10 Oct. 40

136 Columbia  Heights

Brooklyn, New  York

Ma chère Rifka

A la  veille  de la  grande A 

que je célébrerai comme de coutume en pensant à toi et à tout mon passé,

je t'envoie  mes meilleurs voeux de bonne santé. Demain  ce sera le grand jeûne

pour nous tous en Amérique qui sommes de cœur  avec vous.

            Je n'ai rien reçu de toi depuis le début du mois d'Août, mais je sais que

les correspondances sont devenues très rares. Claire se joint à moi pour t'envoyer nos plus affectueux baisers

           Mignon

SDdV 510311. I

11 octobre 1940  lettre d' Edouard Roditi à  Goll

                                   11 / 10 / 40

                                   Vendredi  soir

                                   Cher  ami,

            J'ai passé  deux  jours  tuants

à  New  York  sans  trouver  un  instant

pour  vous  faire  signe,  tant ,  sans

téléphone ,  vous  êtes  difficile  à

rejoindre ;

            Je  serai  de  nouveau  à  N. Y.

dimanche  matin  ou  dimanche  soir.

Pourriez - vous  donc  essayer  de  me

téléphoner  vers  dix  heures  du  matin,

dimanche  ou   lundi ,  chez

Ed  Horn ,  3  East  69 th ,  pour

que  nous  prenions  rendez - vous.

J'habite  chez  lui  et  il  est  dans 

l'annuaire.

            J'ai  vu  Vera Sandomirsky

qui  m'a  montré votre  première

plaquette .  Bravo

                        cordialement,

                                   E Roditi

Lundi  matin  plutôt  vers  9  heures

et  demi, s. v. p.    je  veux  sortir  vers

10  heures

SDdV

13 octobre 1940  lettre de James Laughlin à  Goll


             NEW                           NORFOLK

  DIRECTIONS              CONNECTICUT

                                   Le  13  Octobre

Cher  Monsieur  Goll  -

                                   Je  vous  assure  que  vous  avez tort.

Je  n'ai  rien  contre  vous,  et  je  n'écoute  point  ce  que 

dit  Calas .  C'est  un  gentil   type  mais  un  peu  fou  dans

ses  jugements  littéraires.

                                   Si  je  ne  vous  accorde  pas  place

dans  New  Directions   1940  c'est  tout  simplement  qu'il

y  avaient  trop  de  choses  qui  m'intéressaient  plus.

                               Je  ne  veux  pas  dire  que  vos  choses 

ne  sont  pas  bonnes .  Au  contraire,  je  les  trouve  très

intéressantes.  Mais  il  n'y  a  pas  de  place  pour  tout  ce 

qu'on  aime.

                              Au  moment   je  compte  avoir  l'année

prochaine  une  partie  du  livre  devouee  a  la  France  en

exile .  J'espère  vivement  que  vous  voudrez  y  assister.

                                   Bien  à  vous

                                   J.  Laughlin

SDdV

14 octobre 1940  lettre de  Goll  à  Manolo Altolaguirre ***

                                                           136 Columbia Heights

                                                           Brooklyn

                                                           New  York

                                                                      

                                                           14  octobre  1940

     Mes  chers  Amis,

   Ce  matin  me  parvient  votre  charmante  lettre  et

la  nouvelle  traduction  de  "Jean  sans  Terre ",  par

Manolo  et  par  Bernardo  Clariana :  oh  quelle  magnifique

surprise  : c'est  devenu  un  poème  parfaitement  espagnol,

rythmé, incantatoire    de  telle  sorte  qu'il  me  semble

même  mieux  fait  pour  l'espagnol  que  pour  le  français :

vu  que  dans  cette  dernière  langue  le  quatrain  à  vers

de  5  syllabes  paraissait  étrange  et  est  réellement  très

rarement  employé.

            Je  n'ai  qu'à  vous  adresser,  mes  chers  amis,  les

remerciements  les  plus  affectueux  et,   ci-inclus,   le

chèque  de  50  dollars,  afin  que  vous  puissiez  mettre 

sous  presse  le  plutôt  possible.  Ce sera  un  grand

honneur  pour  moi  de  figurer  dans  la  célèbre  collection

" el  ciervo  herido ".  Croyez-vous  que  le  petit  volume

pourra  être  prêt  pour  Noël  ?

            J'ai  appris  que  Paul  Eluard  se  trouve  dans  le Midi

de  la  France,  en  sûreté,  et    l'on  fait  des  efforts  pour

le  faire  venir  en  Amérique.  Je  crois  aussi  que  Breton 

arrivera  bientôt  au  Mexique.  Quant  à  Malraux,  on  dit

qu'il  est  prisonnier  de  guerre  dans  le  Nord  de  la  France.

       De nombreux autres  écrivains  français sont  déjà  arrivés

à  New  York :  Maeterlinck,  Romains.  Cette  semaine,  un

grand  nombre  d'écrivains  allemands,  échappés  aux  camps 

de  concentration  français.  en  passant  clandestinement

par  les  cols  des  Pyrénées,  viennent  d'arriver  à New  York :

Franz  Werfel,  Heinrich  Mann,  Feuchtwanger,  et  beaucoup

d'autres.

      La  revue  que  je  projette   d'éditer,  est  en  bonne  voie.

L'arrivée des poètes européens va considérablement  faciliter

sa  publication.  Mais  il  y  a  encore  des  difficultés   tech -

niques  à  aplanir. Vos noms, chers Manolo et Concha, figu-

reront  parmi  les  premiers  sommaires.

            Pendant  les  vacances, il  était  difficile  d'établir

des  contacts :  maintenant  que  les  réunions  d'écrivains

recommencent ,  je  vais  voir  ce  qu'on  pourra  faire  au

sujet  d'impression  de  leurs  bouquins par  " La  Veronica ".

Je  n'ai  pas  oublié  nos  projets.

          J'espère  qu'enfin  votre  santé  à  tous  deux  est  rétablie

et  que  vous  recommencez  une  année  de  travail  fructueuse.

Transmettez  mes  meilleurs  compliments  à  tous  les  amis.

SDdV

15 octobre 1940  lettre de E.  Roditi  à Goll ***

                                                           Ponce  de Leon Hotel

le  15  octobre  1940                          4555  Main  Street

                                                           Kansas  City,  Missouri

Cher  ami,

            Merci  de  votre  lettre,  de  vos  livres  et  surtout  des

deux  beaux  poèmes  que  j'avais  d'ailleurs   déjà  lus. J'ai

terminé  mon  petit  article  il  y  a  huit  jours  et  l'ai  envoyé

à  DIOGENES.  J'espère  qu'il  vous  plaira. Franchement,  j'attache

beaucoup  d'importance  à  vos  deux  derniers  poèmes,    les

événements  ont  épuré  une  inspiration  que,  je  crois,  les

dernières  années  du  surréalisme  troublaient  encore.

            Connaissez-vous Robert Goffin, en ce moment à New York

Il  paraît  qu'il  doit  fonder  une  revue  française .  Si  vous

êtes  au  courant ,   renseignez - moi,  je  vous  prie.

            Avez - vous  des  nouvelles  de  Malraux, Aragon,  Nizan,

Benda,  Paulhan, Friedmann  ?

            Pierre-Quint  doit  arriver  prochainement  à  New York.

Je  fonderai  peut - être  avec  lui  une  maison  d ' édition ,  hériti -

ère  du  Sagittaire  que  nous  possédons  toujours  à  Paris.  Je

lui  ai  envoyés  ses  affidavits  la  semaine  dernière,  ainsi 

qu'à  son  cousin.

            J'ai  reçu  une  carte  mystérieuse ,  en  juin,  de  notre

amie  Alix  Stiel ,  qui  était  alors  internée  mais  comptait

bientôt  rejoindre  sa  mère  et  son  frère  au  Brésil.

            A  part  cela,  pas  de  nouvelles  de  France,  sauf  de

Denise  Van  Moppes,  une  romancière  que  vous  connaissez

probablement,  qui  était  lectrice  chez  Grasset.  Elle  veut 

venir  ici  et  me  demande  de  lui  procurer ,  pour  qu'elle

puisse  obtenir  un  passeport ,  des  lettres  d ' éditeurs  améri -

cains  qui  exprimeraient  le  désir  de  discuter  le  coup  avec

elle.  Si  vous  voyez  moyen  d'en  procurer,  pourriez-vous me

les  envoyer  pour  que  je  les  lui  expédie  avec  ses  autres

papiers ?  Je  maintiens  une  sorte  d'agence  d'immigration

et  n'ai pas  honte  de demander  service  à  tous  mes  amis. Je

crois  même  que  Maurois  m'en  veut  parce que j'ai  ainsi troublé

son  inspiration (?) avec  des  demandes  de  ce  genre  auxquelles,

d'ailleurs, il  n'a  pas  daigné  répondre, ce  qui  ne  m'a  guère

surpris.

            Encore  merci. Dès  que  Pierre-Quint  sera  à  New York,

je  compte  y  venir  pour  quelques  jours  de  conciliabule  et

de  conspiration.

                        Cordialement,

                        E Roditi

                        Edouard  RODITI

SDdV

16 octobre 1940  lettre de Goll  à  E.  Roditi  ****

                                                           136 Columbia Heights

                                                           Brooklyn,  N. Y.

                                                           Oct. I6, 1940

            Mon  cher  ami,

                Je  m'empresse  de  répondre  à  votre  si  amicale lettre

            et  de  vous  remercier  tout  d'abord  pour  l ' article

            que  je  lirai  avec  un  intérêt particulièrement  vif

            dans " Diogenes " : savez - vous que vous êtes très

            admiré à New York, comme poète et comme critique ?

                                           bientôt

               J'espère que  j'aurai      le  plaisir  de  vous  avoir 

            chez  nous,  dans  notre  petit  appartement qui  donne

            sur  le  Harbour,  avec  une  vue qui va de Brooklyn  Bridge

            à  Governers  Island ,  et  de  bavarder  avec  vous  xxx  sur les

            beaux  jours  de  Paris,  sur  tant  d'amis  provisoirement

            perdus   (quant  à  moi,  je  n'avais  plus  eu  de nouvelles

            d ' Alix  Stiel  depuis  des  années)  et  sur  vos  projets

            littéraires,  qui  me  semblent   si  pleins  d'avenir.

                  Je  m ' occupe  également  d ' une  quantité  d'écrivains

            désireux  de  venir  en  Amérique  :  l ' autre  jour,  un  petit 

            comité,  formé  de  Jules  Romains ,  Maritain,  Robert  de

            Saint-Jean ,  Klaus  Mann  et  autres,  s'est réuni  pour discuter

             des  moyens  de  leur  venir  en  aide.    Si  vous  voulez,  je

            leur  soumettrai  le  cas  de  Denise  van  Moppès ,  et  j'essaie -

            rai  aussi  d'obtenir   les  lettres  d ' éditeurs  que  vous 

            me  demandez.

                   Voici  d ' ailleurs  quelques  nouvelles  :  il  paraît  que 

            Malraux  est  prisonnier  de  guerre  dans  le  Nord  de  la  France.

            Jean  Paulhan  se  trouve  chez  Henri  Pourrat,  et  veut

            venir  ici.  La  NRF  n ' existe  plus.  Gallimard  est  en  disgrâce,

            notamment  à  cause  de  la  constante  collaboration  de  Benda.

            Eluard  se  trouve  dans  le  Midi.  Breton,  dit-on,  irait

            au  Mexique.

                 Malgré  que  l ' obtention  de  visas   devienne  de  plus

             en  plus  difficile ,    on  a  bon  espoir  de  les  faire  venir

            en  Amérique.

                Mais  oui ,   je  suis  souvent  avec  Goffin,   et  la  " revue

            française "  qu ' il  doit  fonder ,  est  plutôt  ma  revue  :

            c ' est - à - dire  que  j'ai  depuis  plusieurs  mois    étudié 

            le  projet ,   que  j'ai  déjà  un  bon  nombre  de  manuscrits -

            entre  autres  des  4   écrivains  du  comité  cité  plus  haut 

             et  que  je  n'attends  qu'un  surplus  de  fonds  pour  partir.

            et  Goffin  m'a  promis  de  me  procurer  ces  fonds.  D'ailleurs,

            et  tout  naturellement,  je  serais  heureux  de  recevoir

            de  vous  un  article  sur  un  thème,  que  vous  choisirez,

            je  suis  sûr,  très  judicieusement.

                        J'espère  vous  lire  bientôt  et  vous  envoie  mes

            meilleures  amitiés

                                                           Ivan  Goll

SDdV

ne  peut  être  reproduit  sans  l'accord de l'UNIVERSITY OF CALIFORNIA

, LOS ANGELES DEPARTMENT  OF SPECIAL COLLECTIONS.

16 octobre 1940  double d'une lettre de  Goll à Clark Mills :

                                               136 Columbia Heights

                                               Brooklyn,  N. Y.

                                               Oct. I6, 1940

            Mon cher Clark,

  Claire  et  moi  sommes  très  peinés  d'apprendre

les  épreuves  auxquelles  vous  êtes  soumis  continu -

ellement.  Tout  d'abord  à  l'hôpital,  puis  maintenant

cloué chez  vous    mais heureusement que ce ne sont

que  des  malaises passagers.  Et  peut-être  que  ces

vacances  forcées  vous  ont  inspiré  quelque  nouveau

poème ?

     Je vous réponds tout de suite  pour  vous annoncer

que  je  viens  de téléphoner à  Padraic  Colum,  enfin

rentré  in  town ;   il  est  tout-à-fait  d'accord  que

vous le citiez  comme  sponsor. Je  lui ai  envoyé

les poèmes  que  je  possède de vous.  Voici  sa nouvelle

adresse :  415  Central  Park  West. Téléphone  Riverside

Drive   9- 5587.

   Quant à mon nom, il est bien naturel qu'il est à votre

disposition,  s'il  peut  vous  être  utile.

   Je  me  réjouis  des  bonnes  nouvelles  concernant

" Diogenes "  et  je  suis entièrement  d'accord  avec

votre  proposition,  de leur  envoyer tout  un  choix

de  poèmes de " Jean  sans  Terre ",sauf,  je  pense :

" East Port " et " Purchases  Manhattan " qui peuvent

facilement  trouver  accès  dans  un  grand  magazine

très  réputé  ici.

    Quant aux "Chansons Malaises", je vais encore une

fois  vous  désillusionner,  en  vous  demandant de ne

pas en envoyer en même temps que "Jean  sans  Terre",

pour  ces  deux  raisons, que  je  préfère voir publier

un poème de  JST  de plus que trois  Chansons (pour le 

moment)  et, secundo, vu  que l'article  de Roditi

ne  les  mentionnera  pas, puisque je ne lui ai pas envoyé

l'exemplaire  des " Chansons ".

     Nous  pensons  souvent à Ithaca  et  à  son  automne

sanglant.  Nous  aimerions bien  savoir  quel  genre  de

vie  vous  menez maintenant  dans  votre "appartement",

et  si  Charlie  vous  est  resté  fidèle,  ou  s'il  a  tenté

sa  chance  ailleurs.

        Claire vous  envoie  son  plus  beau  sourire,  et moi

tout  mon  amitié

SDdV 818 052

19 octobre 1940  lettre  dactylographiée de E.  Roditi  à Goll    

                                               Ponce  de Leon Hotel

Samedi.                                  4555  Main  Street

                                               Kansas  City,  Missouri

Cher  ami,

            Merci  de  votre  lettre, qui  vient d'arriver.  Je  ne

savais  pas  qu'on  parlât de ma  poésie  à  New  York ……

            J'ai  tout  de  suite écrit à un  ami  Américain  de

Malraux,  qui me demande tout le temps de ses nouvelles. Cet

ami, Haakon  Chevalier,  peut  d'ailleurs vous être utile ; il

enseigne  le  français  à  l'Université  de  Californie,  à

Berkeley  et  collabore  è  la  Kenyon  Review  etc …. Je

lui  ai  conseillé  de  communiquer  avec  vous  ou  Goffin.

            J'ai  enfin  expédié  tous  les  affidavits  pour  Léon

Pierre-Quint  et  son  cousin, Claude  Constantin Goldstein. Je

pense que vous les verrez à New Tork  en Novembre. Si vous

n'avez  pas  encore  pu  organiser le départ de votre revue, il

est possible que  Pierre-Quint   puisse vous aider, puisque  nous

avons  des  projets  d'édition  ici.

               Ci-inclus  un de mes derniers poèmes. Si vous pouvez

le  traduire  et  l '  utiliser,  je  vous  en  serai  très  reconnais-

sant.  Et  je  verrai  ce  que  je  peux  faire  comme  essai  de

critique,  ou  d'esthétique.  J'ai  plusieurs  problèmes  en main,

et  j'écrirai   peut-être un  de mes  essais  en  Français.

              J'ai  pu réunir quatre lettres pour  Denise Van  Moppes :

Une  de  Harcourt  Brace,  une  de la  Revue View, une de Books

Abroad, une  de  Chevalier.  Si  vous  pouvez m'en procurer  deux

ou  trois  autres, je  crois  que  cela  suffira.

            J'ai  aussi  signé  des " affidavits  of  moral  of  sponsorship"

pour  Vladimir Pozner  qui  doit  arriver  vers  Noël ,  avec  sa

femme,  son  ex-femme, le  mari de celle-ci ( Eli  Lothar Teodores-

co)  et  toute  une  smalah  d'enfants.  Enfin,  je  m'occupe  en  ce

moment  du  cas  d'une  réfugiée  allemande qui  habitait  Paris

depuis  1933, Mlle  Lotte  Eisner. Puis, j'aurai  mes  cousins,

etc …..  ce  n'est  pas  gai .  Je  ne vois  guère comment je  pourrai

venir  à  New York, tant  j'ai  de  frais  ici,  sans bouger, mais

je  reste  optimiste.

                        Une  de mes  amies, Vera  Sandomirski, vous  fera

peut-être  signe :  elle  est  Russe,  de  Berlin  et  de  Bruxelles,

et  prépare  une  série  d'essais  sur les  poètes  soviétiques.  Je

corrige  son  anglais,  en  ce moment.  Vous la  trouverez très

intelligente  et  charmante. Elle  est  en  Amérique  depuis  trois 

mois.

              Si  je  peux  vous  être  utile, pour  obtenir  des visas,

n'hésitez  pas  à me  demander  quoi  que  ce  soit.  N'oubliez

pas  que je  suis américain  depuis  toujours,  professeur ( ce  qui 

est fort  respectable)  et  que  je  suis  éditeur  à  Paris.  Le

consul  à  Marseille  sait  tout  cela  et  je  lui  ai  écrit  que

je  compte donner  ma  garantie  morale  à  tous  les  écrivains

dont  j'ai  publié les  livres :  Mabille,  Breton  par  exemple,

sont  des  auteurs  du  Sagittaire,  ainsi  que  Pozner pour  qui j'

ai  déjà  donné  ma  garantie.

              Mon  frère  qui  était à Londres, a  eu la drôle d'idée

de  s'y  marier  et  de  vouloir   y  rester, quoiqu' américain.

Il m'a  cablé "We are in  Seventh  Heaven ",  ce qui est comique

en ce moment.  Il a  épousé la  sœur de Madame Colorni, dont le

mari  a  été  condamné à mort, pour   antifascisme  en  Italie, il

y  a  deux  ans  ( mais  il  n'a  pas  encore  été  décapité  et  je

crois  que  toute  cette  histoire  est  terminée  et  qu'il  sera

relâché)

            A  bientôt, j'espère .  Mes  hommages

         à  votre  femme.      Cordialement

                            EdouardRoditit

SDdV

            

21 octobre 1940, lettre d'Eugène Jolas à Goll

                                               1049  Park  Avenue

                                               New  York  City

                                               Oct.  21, 40

Mon  cher  Goll :

Votre lettre du  15  octobre  m'est  seulement parvenue ce matin et je m'excuse

du  retard de ma réponse.  Maria est arrivée avec les enfants il y a  deux

semaines  après  un interminable voyage de Vichy ,  et  nous  sommes  installés

finalement  à 1049  Park  Ave.  après  bien  des  péripéties. Le  courrier m'a  suivi

avec  beaucoup  de  retard. D'ailleurs  je  n'ai  jamais  reçu  votre  dernière

lettre  qui  a    être  égarée  par  la  poste .

J'ai  peu  écrit en  français  depuis  six  mois.  Je  trouve  le  brouillon  d'un

seul  poème  écrit  directement  en  français :  Lettre  à  ma  Mère  en  France. Voud -

riez  vous voir ce  poème         que  je  peux  taper  à  la  machine ? Je  comprends  bien

que  c'est  difficile  pour  vous  de  publier  des  poèmes  en  anglais.

Georges  Duthuit  est  toujours  dans  la  maison  de mon  beau-frère ,  l'écrivain

Wallace  Irwin ,  Strongbox,  East Setauket,  L. I., N.Y.  Vous  pourrez l'atteindre

à  cette  adresse.

Bien  cordialement ,  et  à  bientôt,

            EugeneJolas

SDdV

22 octobre 1940  lettre de Goll  à  E.  Roditi  ****

                                                           136 Columbia Heights

                                                           Brooklyn,  N. Y.

                                                           Oct. 22, 1940

            Cher  Ami,

                Je  vous  remercie  de  votre  charmante  lettre

et  du  poème  émouvant,    bien  des  trouvailles  me

réjouissent :

            " interned  in  timelessness"

                                   " a  flower

            " Distilled  from  night,  forgot ,  but  kept

            " Within  the  skin  like  syphilis. "

            Peut-être  dans  un  numéro,  y  aura -il  une

petite  anthologie  de  poètes  américains,  chantant

la  France.

            J'attends   en  effet  encore  du  renfort.  Vous

croyez  que  Pierre-Quint  pourra  l'apporter ?

            Pour  aujourd'hui  encore  quelques  questions

supplémentaires  : quel  genre  de  lettre  les  éditeurs

doivent-ils  écrire  pour  Moppès  ?  ( Pouvez-vous

m'envoyer  un  brouillon  ?  et  quelle  est  l'adresse

de  V.  Sandomirski ? Vous ai-je dit que de mon  côté

je  m'occupe  de  faire  venir  Chagall  et  Kisling ?

                                   Ma  main  amicale

                                               Ivan   Goll

            N'oubliez  pas  l'essai  d'esthétique  en  français !

            Dans  votre  avant-dernière  lettre,  je  n'ai  pas

tout-à-fait  pigé  le  sens  du  petit  article  que  vous

avez  envoyé  à  Diogenes .  En  avez-vous  une  copie ?

( de  l'article)

SDdV

ne  peut  être  reproduit  sans  l'accord de l'UNIVERSITY OF CALIFORNIA

, LOS ANGELES DEPARTMENT  OF SPECIAL COLLECTIONS.

28 octobre 1940, journal d'Ivan  Goll

                        Great Barrington

Le paysage de New England est, paraît-il un des plus

beaux de l'Amérique.  L'après-midi  nous  allons

dans  les  environs,    il  y  a  un  ranch, et 

Louise peut enfin  justifier son  accoutrement

d'Amazone, qu'elle n'a pas quitté de toute la journée.

Elle fait une longue course dans les bois avec „Bergie"

qui est  en extase devant elle.

  Nous faisons une petite promenade avec Kerillis

et sa belle-sœur qui est charmante comme femme et

comme mère.  Elle a  3 fillettes, dont la plus jeune

de 3 ans  est sourde  et muette, et qui pourtant  a

tant de grâce.

   Le sommet de Great Barrington est somptueux.

   Le lendemain matin, après un breakfest bien tassé,

nous repartons vers New York  avec  Bergmann   en

plus, dont  l'importance politique  se  révéla, non

seulement  par  ses  récits  pendant  le  voyage 

nous retraversons ces paysages un peu thuringiens,

mais sans âme, puisque non encore modelés par

la main et la pioche de l'homme      mais par sa

suite au Savoy Plaza, où il nous conduit un instant,

en arrivant.

29 octobre 1940, journal d'Ivan  Goll (Claire a 50 ans ce jour)

            mardi  New York

   Anniversaire  de  Claire :  Quelques roses rouges,

les Cathédrales de Rodin,  2  robes.Je  ne  veux  pas

mentionner son  âge, car elle se contente de cadeaux

comme  une  enfant.

  Nous  déjeûnons en ville : puis Claire va à l'Hôtel

St Moritz, où nous sommes invités chez Feuchtwanger.

  Moi, je vais à Gotham Book Mark 51 W 47, où

William Carlos Williams signe son livre "In the Money"

sous les auspices de son éditeur James Laughlin, et

„New Directions".

   Je vois Williams pour la première fois, et je le

remercie avec effusion pour  ses 2 traductions de

Jean sans Terre qu'il a faites sans être sollicité.

Visage très net, très droit, œil inquisiteur du

médecin, voix chaude du poète.

   Il est réellement fêté comme un maître par

toute la jeunesse littéraire de New York.

  James Laughlin „ le plus grand le plus haut " de

tous, a de douces manières pour dire„merci,non"aux

solliciteurs.

    Je suis étonné de me trouver très à l'aise dans ce

milieu poétique    presque tout le  monde  me

connaît après la publication de seulement  2  poèmes

dans Partisan Review et The Nation.

  Des groupes se forment très naturellement :

le groupe surréaliste: Calas me présente à Ch.H. Ford,

Parker Tyler, Matta  etc.

  Voici  Harry Brown et S. Thomson qui hier m'ont

demandé de collaborer à leur nouvelle revue Vice New

  Voici le groupe franco-américain : Jolas, Duthuit,

M. Block l'éditeur de Living Age, et Julien Lévy.

  Voici Oscar Williams, Horace Gregory qui est

soit ivre soit à un degré dangereux de nervosité.

Pierre Loving me présente à l'éditeur de Viking Press

Voici les Allemands : Klaus Mann, J M Grup(?) qui,

est saoûl et fait un tapage typiquement bavarois.

SDdV

29 octobre 1940, lettre d'Eugène Jolas à Goll

                                               1049  Park  Avenue

                                               New  York  City

                                               Oct.  29, 40

Mon  cher  Goll :

J'ai  essayé plusieurs fois de reconstruire le poème dont je  vous ai  parlé,

mais  ça  ne  marchait pas  du  tout. Je  suis  probablement  trop  absorbé par  l'in-

quiétude de  l'époque. Je  vous  prie  donc de m'excuser. Pourriez-vous me donner

encore  une  semaine, ou  êtes-vous trop pressé pour la parution de  FRANCE  EN

LIBERTE ?

J'ai  vu  un  entre-filet  dans  le  London Times  qui  annonçait la revue  FRANCE  EN

LIBERTE  sous  la  direction  de M. Turpin. Y a-t-il  2  revues  de ce nom ? Je  vous

signale  cela  pour  votre  information.

Georges  Duthuit  est  avec  nous  pour  cette  semaine

Si  vous  êtes  en  ville,  donnez-nous  un  coup  de  téléphone : Atwater  XXX 97967.

Ma  femme  et  moi, nous  serions  très  heureux  de vous  revoir  tous  les  deux.

Avec  mes  meilleurs  souvenirs, à Claire  et  à  vous,

Bien  cordialement ,

            EugeneJolas

SDdV

1er novembre 1940 : double d'une lettre de  Goll à Saint-John Perse :

                                                                       136 Columbia Heights

                                                                       Brooklyn

                                                                       Nov. I, 1940

            Quelle joie cela a été pour moi, de faire votre connaissance un véritable jour de gloire, où, m'a-t-il semblé, toute l'élite littéraire et l'avant-garde est venue vous apporter l'hommage le plus enviable. Ainsi je n'ai pas seulement fait la connaissance du poète le plus racé d'Amérique, mais aussi de toute une génération qui porte la marque de son esprit.

            J'aurais voulu vous dire avec encore plus de chaleur, combien je vous admire et combien je vous suis reconnaissant - le jour viendra où nous pourrons bavarder plus à notre aise.

            Aujourd'hui, je voudrais seulement continuer le rapide rappel que je vous ai fait au sujet d'une collaboration.

            Je suis en train de lancer, avec mon ami, le peintre surréaliste, Kurt Seligmann, chez Karl Nierendorff, une petite édition de haut luxe qui s'appellerait TANDEM, et qui comportera I poème + I dessin, et qui, tiré à 30 exemplaires, vendus 10 Dollars, pourra même rapporter quelque chose.

            Je vous prie de nous donner un poème d'une ou deux pages et de nous dire aussi, quel est le peintre que vous choisiriez comme illustrateur. Les autres collaborateurs choisis jusqu'à présent sont : Jolas, Auden, Clark Mills, Calas. Et vos avis seront toujours écoutés avec faveur.

            J'ai encore d'autres projets - que je vous soumettrai dans une autre lettre.

            Claire vous envoie son plus joli sourire, et moi

                                   une chaleureuse poignée de mains

SDdV  : (Ms 553 G/) Je pense que cette lettre n'a jamais été envoyée et que celle du 28 janvier est la première envoyée, voir :

Roger Little : 8 lettres de Saint-John Perse à Ivan Goll

(Cahiers Saint-John Perse n°2, 1979 p.1 ) «…. » (p.1)

8 novembre 1940 double d'une lettre de Goll à Léon  Laleau ***

                                                           136 Columbia Heights

                                                           Brooklyn

                                                           8 Nov, 1940

                                                           Léon Laleau

                                                           Port-au-Prince

                                                           Haïti

            Mon cher Ami,

      Votre nom évoque pour nous, Claire et moi, les

plus doux souvenirs d'un été triomphal à Paris, alors

que la capitale de l'Amour accueillait tous les peuples

et tous les hommes  dans les bras de la Seine.

    Temps lointains, temps de rève, irréparablement perdus

comme ceux de l'Acropole. ! Le Panthéon n'est pas encore

en ruines (Saint Paul l'est), mais son rayonnement s'efface.

Au pied de la butte gît l'Amitié des peuples, et la Poésie

mendie..

     La poésie ! Cet "orchestre " des coeurs et des flutes

printanieres que vous étiez venu diriger, de votre Ile

enchantée !

    Eh bien, non, "Poésie pas morte!" la poésie française

continue, en France naturellement ( car c'est peut-être tout

ce qui lui restera de liberté ) mais aussi dans le monde,

et ici, aux États-Unis., sans parler de Haïti où vous

et vos amis font une garde vigilante autour de cette

princesse.

    Je suis en train de fonder ici , pour les hommes de

lettres réfugiés, une grande revue qui s'intitulera soit 

" Free Men " soit " France et Liberté". L'esprit doit

continuer à s'exprimer librement sur le continent de

la liberté.  Des hommes comme Maeterlinck, Maritain,

Jules Romains m'ont déjà donné de précieux manuscrits.

Et je viens vous demander de vous joindre à la liste

des  collaborateurs.

        Voua avez sûrement écrit de belles choses dans votre

ile du Soleil et de la Beauté. Justement, je viens d'en

recevoir des détails enthousiastes de votre cousine.

Leur Cadet qui nous donne un avant-goût des femmes

merveilleuses de votre terre . Claire a fait sa connaissance

à la "National Association for the Advencement of colored

people", s'étant adressée là  pour essayer de faire venir

aux Etats-Unis ce pauvre René Maran, qui doit être dans

une grande d"tresse . Nous nous occupons d'ailleurs beaucoup

de faire sortir de lù-bas une quantité d'artistes et

d'écrivains.

                                               2

     Vous dirai‑je aussi quelques mots de nous‑mêmes?

Nous sommes ici depuis plus d'un an,  et nous continuons

à être fidèle à la Poésie,.  Claire travaille. On est

en train de traduire " Jean Sans Terre", ce long poème

dont 3 volumes ont déjà parus, et dont le 4.;  est en

préparation en langue anglaise. ( Je vous envoie sous

pli séparé deux revues où vous trouverez les extraits.)

      Je fais aussi des conférences sur la littérature

française, dans diverses universités du pays. et j'ai

même êté à Cuba, au printemps dernier. C'était tout

près de vous ‑ et nous avons souvent regardé dans

votre direction» Nous étions sur le point de vous

écrire ‑ lorsque la tragédie de France nous enleva

tout esprit d'entreprise et nous força de rentrer

aux États Unis avant d'avoir goûté tous les arômes

et les splendeurs de Cuba,  qui nous a émerveillés,

mais, nous a‑t‑on dit, n'offre pas le dixième de la

beauté haïtienne.

     Mais le goût de 1'aventure et de la beauté nous a

hanté à nouveau, et nous caressons â présent l'espoir

d'aborder un jour dans votre paradis. Ce voyage

serait‑il possible cet hiver? Nous avons nos premiers

papiers américains, de sorte que de ce point de vue,

je crois qu'il n'y aurait pas difficultés. Serait‑il

possible d'organiser une conférence pour moi et aussi

pour Claire?

         J'ai écrit "Jean sans Terre à Cuba " mais c'est

plutôt " à  La Havane" qu'il faut dire, et la nature

tropique n'y pas assez sa part. Par contre je suppose

que "Jean sans Terre à Haïti " tituberait nous l'ivresse

de vos parfums, de vos fruits, de vos femmes,

      Mais parlons avant tout de votre ravissante femme

et aussi de vos filles qui doivent, à présent, déjà

être les "palmes en marche" ! Présentez leur , je vous

prie,  nos meilleurs souvenirs,  et croyez, cher poète,

à notre inaltérable amitié

SDdV

Ivan Goll New-York à Paula Ludwig Lisbonne  6 novembre 1940 ImsL p.544

correspondance à traduire

10 novembre 1940 lettre manuscite de Bernardo Clariana

et jointe celle manuscrite de Concha Mendez de Altolaguirre

                                      imprenta

                        “ LA  VERONICA ”

                            LA  HABANA_______________         

     Calle 17, N° 258, Vedado                   Teléfono F-1-8312 

   M. Ivan Goll

              New York

                                      Cher ami !

   Je profite de la lettre de Manolo et Concha

pour vous témoigner ma sympathie depuis que

j'ai " fait" votre connaissance par eux et après

votre dernière lettre . Vous savez déjà que je suis

leur hôte depuis dès que je suis arrivé à Cuba

dans la plus grande misère . J'étais un peu votre

Jean sans Terre . J'ai entendu dire de belles

choses survous et à cause de ça j'ose vous dire

que si vous avez l'occasion de me recommander

pour faire des traductions de l'anglais ou français,

encore de l'allemand, à l'espagnol, je vous remer -

cierai beaucoup si avec ce moyen je peux me

gagner un peu d'argent +parce queje ne réusse

pas à trouver rien du tout dans ce pays.

  J'espère une fois pouvoir vous serrer la main.

J'adresse plusieurs demandes aux E. U. comme

professeur d'espagnol, quelques amis s'occupent

de me recommander et encore je ne dois pas

désespérer de pouvoir y aller. C'est mon désir

le plus vif  celui   xx  -    de compléter ma solitu-

de en m'exilant de nouveau, - depuis l'Espagne

et la France -,dans un pays où je n'entendrai pas

parler l'espagnol surtout quand ces pays

me semblent involontairement des falsifications

de l'Espagne.

       Concha et Manolo m'ont parlé de que vous

étiez en train de publier une Revue . Je serais

très content si vous me donnez l'occasion

de pouvoir vous envoyer ma collaboration. Bientôt

Manolova me publier deux livres de poésie .

             Excusez-moi l'affreux " français" dont

je me serre  pour rédiger et recevez  les

meilleures salutations de qui reste votre ami

                                      Bernardo Clariana

SDdV  518.312

                                      imprenta

                        “ LA  VERONICA ”

                            LA  HABANA_______________         

     Calle 17, N° 258, Vedado                   Teléfono F-1-8312 

            Enfin, je pensé, que l'on pourrait

réhusir  à  faire  le  voyage ,  et  j ' ai

un  gran  espoir  que de  ce voyage quel-

que chose  pourrait sortir .  Il  y a aussi

le projet de  l ' imprimerie.

    Les  "Sociedades Hispanas" pourrait

nous aider  aussi  par ce  chemin. Nous

avons des petits livres  de " El Ciervo

herido "  à  les offrir .

              Manolo pense toujours à vous

écrire ,   mais  il  travaille  tellement

que  la  fatigue  surpasse  le dessir  de

communiquer  avec  les  amis .  Je

sais  qu’ il  vous  écrira  un  de  ces

jours ,  mais  je  préfère  vous  écrire

avant qu’ il  le  fasse  pour  ne pas

retarder  la  réponse .

         J’ aime  beaucoup  vos  poèmes

et   l  ' histoire  du  petit   veau   

de  Claire.

         Je  suis  sure  que  nous  serons

des  braves  amis . C ’ est dommage

que  votre  départ  s’ ait fait  si  vite.

Mais ,  on  se  retrouvera  bientôt .

           Ecrivez - moi  à  mon  nom .

Je  suis  sure  que  nous pouvons faire

des  bonnes  affaires  ensemble , et sup -

porter  le  caos  du  monde . Il  faut

s'aider  à  sauver  l’ esprit.

          Pardonnez-moi  les  fautes d'or-

thographie .  A neuf  ans j’ écrivait par-

faitement  cette  langue ,   mais  il   y 

à longtemps  que  je  ne  pratique  pas .

             En  attendant  vous  nouvelles

Je  vous  embrasse  très  fort

                   Concha  Mendes de

                                      Altolaguirre

Manolo  vous  embrasse  aussi

SDdV  518.312

25 novembre 1940 double de la lettre de Goll à  Nicolas  Calas ***

                                                                                  136  Columbia, Heights

Main - 5 - 0475                                                          Brooklyn , N Y.

                                                                                  Nov. 25, 1940                                                                      

                        Mon  cher  Calas,

  Selon ma promesse, je  vous envoie aujourd'hui un

des trois volumes de " Jean sans Terre" , et quelques

nouveaux poèmes écrits  récemment.

      L'auteur clairvoyant des " Foyers d'Incendie " n'a

pas besoin de commentaire. Je voudrais cependant lui

exprimer mon accord profond avec la plupart des thèses

qu'il défend . Pour m'en tenir à un domaine restreint ,

vos conclusions sur "l'objet dans l'art" m'ont particu-

lièrement enthousiasmé.

        Surréaliste,  vous faites  l'apologie de l'objet.

Cela rétablit bien des vues presbytes ou myopes.

Puisque vous parlez du "chosisme" laissez-moi vous

parler d'un essai que j'ai écrit il y a quinze ans,

et que je n'ai jamais publié, parce que fatigué des

"ismes" , et parce que tout seul , le  surréalisme dé-

ployant tous ses drapeaux.

            Cet essai traitait du "Réisme", dérivé de "res"

par opposition au "réalisme" , dérivé de "réalité"

( et par conséquent aussi du "surréalisme " de cette

époque) et se proposant la recherche de l'objet nu,

l'objet‑type, l'objet unique :  moule du créateur .

Cette recherche devait être réservée à d'autres temps.

Vous êtes le premier , mon cher Calas, à apprendre

l'existence du" Réisme ". Ce n'est peut-être pas une

grande découverte. Elle eût été mieux à sa place à

quelque' autre époque. Et d'ailleurs, je ne vous la

livre qu'en passant, pour justifier ma poésie qui n'est

pas une poésie de nuit, mais une poésie de jour, qui

doit plus à la chimie qu'à l'alchimie. Mais qui oserait

jouer l'une contre l'autre ?

     Je suis très curieux de connaître votre réaction

                                   Sincèrement vôtre

SDdV 

27 novembre 1940 lettre de Goll à  Roditi ***

                                  

                                               136 Columbia Heights

                                               BROOKLYN, N.Y.

                                               Nov. 27,  1940

                     

                                   Mon cher Roditi,

         Hier, à ma grande surprise, Clark Mills m'a

envoyé le manuscrit de votre article, que " Diogenes"

lui a communiqué. N'ayant plus eu de nouvelles de

vous depuis ma lettre d'il y a environ cinq semaines,

où je vous demandais une copie, je m'attendais à la

recevoir  imprimé. Mais je suis bien content de l'avoir

vu avant : d'abord pour vous dire toute mon admiration

pour la connaissance profonde que vous avez de la

" poésie d'entre les deux guerres" dont vous devriez

un jour prochain écrira le martyrologe : vous êtes

tout qualifié pour cela.

       Mais si vous me permettez d'être tout à fait franc,

je voudrais vous dire que dans votre article manque

la partie principale : celle sur " Jean sans Terre ".

Puisque c'est ce livre que " Diogenes " se propose de

monter en épingle, en publiant trois poèmes de

" Jean sans Terre " traduit par Clark Mills, c'est

sur ce poème uniquement qu'il importe d'attirer

l'attention du lecteur.

          D'autant plus que c'est pour la première fois

que le public américain va apprendre l'existence de

ce poème, et que c'est lui qui guidera la curiosité.

          D'autant plus aussi que ce poème est l'unique

oeuvre que je considère digne de survivre : ayant

essayé, depuis 1936, de ramasser en une gerbe, et

dans une forme  aussi parfaite que possible, tout

ce que moi (et ma génération) avons senti, souffert,

espéré, craint... et balbutié, auparavant.

      Vous lui consacrez une seule phrase :

      "The first three volumes of Goll's Jean sans Terre

a long series of poems which constitute a sort of

lyrical and emotional diary of the poet's despairs in

recent years, thus use the loose rhytms and syntax

of popular songs, yet fill these with all the conven-

tional "props", the vocabulary and imagery of surrealism."

          La première partie de cette phrase est parfaite,

mais je ne suis pas d'accord avec vous sur la deuxième

Car je me suis contraint, peut-être même d'une

façon trop totale, à la forme la plus rigide et la

plus diabolique qui existe ; le quatrain et le vers

de 5 syllabes, c'est-à-dire que je me suis assigné

le plus petit espace possible, pour y exprimer les

plus vastes idées. Sauf pour le poème préambulaire

du  I - Volume - où j'ai franchement employé" the loose

rhytms and syntax of popular songs", je me suis

astreint, et aussi laissé hypnotisé par cette forme

despotique - à tel point, qu'au contraire de vous,

beaucoup de critiques m'ont fait un reproche d'être

trop formal. Et en effet, je suis moi-même d'avis

que " quelques grains de beauté", c'est-à-dire des

défauts de rythme, auraient ajouté, et rien enlevé

à la composition.

   Dans "ce plus petit espace possible", je me suis

efforcé de condenser et d'intensifier ma pensée

au point de la plus violente explosion : c'est du

moins ce à quoi j'ai tendu, et dont je ne sais pas

si j'y suis parvenu. Voilà par exemple, ce que

j'aurais voulu apprendre d'uns commentateur comme

vous.

      Ceci dit, je ne peux pas non plus souscrire à cette

phrase : "yet fill the these with all the conventional

props , the vocabulary and imagery of surrealism ."

Chaque vers de mon poème et désespérément sur la

défense contre de tels conventional props, et d'autre

part, vous ne vous doutez pas, quel plaisir vous me

faites (en me le reprochant) xxxxxxxxxxxxxxxxxx

j'emploie à ma manière, dans une oeuvre construite

et consciente, les magnifiques découvertes de l'expé-

rience surréaliste.

     Mon cher Roditi, ne m'en veuillez pas pour tant de

franchise ? Ne m'en veuillez surtout pas de vous imposer

un peu de travail supplémentaire, en remplaçant quelques

passages des trois premières pages plutôt générales, par

quelques alinéas voués plus spécialement à Jean sans

Terre

Cette publication va être d'une importance primordiale

pour moi : c'est parce que je ne la prends pas à la

légère et que j'en attends beaucoup (un éditeur vient

de m'offrir de publier tout " Jean sans Terre" simulta-

nément en français et en anglais) que j'ai le courage

de vous demander de vous pencher une fois encore sur

ce " voyage intérieur".    Si vous aviez le temps de

le faire tout de suite, je suis sûr que " Diogenes "

recevrait vos pages à temps .

             C'est en ami je vous tends ma main chaude                                                                                         

SDdV 

2 décembre 1940 lettre de  Roditi à Goll

                                                                                  4555 Main Street

                                                                                  Kansas City Missouri

            Le 2 décembre 1940

                Cher ami,

merci de votre longue lettre. J'ai été victime d'un

accident d'auto, il y a un mois, et n'ai pu porter de lunettes

tant que mon nez cassé était encore enflé. J'ai donc dû

réduira ma correspondance à un strict minimum.

            je n'ai pas la copie de mon article ici. J'écris donc

à Diogenes de me le renvoyer et je tâcherai, dans les limites

que la rédaction m'octroie, d'arranger les choses.

            Je crois que vous m'avez pourtant mal compris.

            Je choisis au hasard :

            En tête de la caravane

            Mon chameau dans le sable bis

            Cherche comme le vent profane

            La clef des éternels oublis

            "Vent profane", clés des éternels oublis", ce sont des phras-

es comme on xx en voit seulement depuis Nerval et Baudelaire,

comme on en voit de plus en plus souvent depuis ,disons,

Rimbaud, les symbolistes et les surréalistes. ( Je pense à :

            "la porte d'or des profonds paradis"

d'Ephraïm Mikhaêl, à des vers de Leconte de Lisle ou d'Hérédia

pour xxx représenter le côté le plus classique de ce genre

d'images ). Ce n'est pas classique, ni proprement romantique

( Musset, Lamartine, Hugo d'avant 1840, Vigny des débuts ).

C'est la soif de l'infini, le besoin de la religion, qui se

font sentirde plus en plus, parmi les poètes, à mesure que

le positivisme gagne la science. C'est le côté Tentation de

Saint-Antoine de l'âme de Flaubert, auteur de Bouvard lorsqu'il

est positiviste.

            En somme , je dis surréalisme parce que le surréalisme

représente la dernière métamorphose de ce courant poétique .

Il n'y a pas de nom, pour l'instant, pour ce qui est venu

depuis. Et le surréalisme est bien du Baudelaire au goût du

jour.

            De nouveau :

            Mon cœur aux quatre portes

            Ouvert aux quatre vents

            Plombez-le de ciment

            Et de tristesse forte

            Ce n(est pas classique, ni romantique, ni symboliste .

C'est bien le côté "chanson populaire" de Rimbaud et des

surréalistes . ( O saison, o châteaux . . . .) Et d'Apollinaire

                  Il n'y a que, chez Béranger, depuis la Pleïade, que vous

trouverez quoi que ce soit d'analogue, avant Glatigny., Rimbaud

et peut‑être Borel ( La chanson . dans Rapsodies, où il est

question de sa nuit au poste).

          Evidemment, il y a aussi Banville, les Odes funambules­-

ques etc….Mais Banville, c'est du Glatigny pour académiciens,

                        "'Femme sois ma mère

                          Femme sois ma mer"

              trouverez‑vous ça avant 1870 (Charles Cros). avant

Rimbaud, puis les surréalistes (  L'éphémère   les fait mères., de

Desnos,....)

                        C'est que je suis, en critique., un aristotélicien,

un classique; et c'est par l'analyse des procédés rhétoriques

que j'arrive à mes conclusions, puisqu'un même état d'âme, chez

deux poètes différents., écrivant selon deux traditions diffé -

rentes de rhétorique etc .... produira deux poèmes tout à fait

différents.

          "Ennoblis le vice, .... Pas avant Baudelaire, beaucoup

depuis Rimbaud. Il n'y a rien comme cela, pas d'antithèse de

cette sorte, depuis Corneille jusqu'à le. fin du romantisme.

Enfin, pour le rythme,.,

                        "Notre douce dame

                        Qui devines tout

                        Jamais je ne condamne

                        Ce qui rôde en nous."

        Dame‑condamne…..pas classique Assonance de chanson

populaire. Longue, brève longue brève longue brève

                         longue brève longue brève longue

                         brève longue brève brève(?) brève longue brève

                         brève brève longue brève longue.

Un rythme de chanson populaire plutôt que de poésie d'art.

                   Quant à votre autre reproche, que je ny parle pas assez

de Jean Sans Terre, j'avais d'abord compris que Diogenes vous

consacrait tout un numéro, et qu'il y aurait d'autres articles.

Je vois bien maintenant que ma petite prose, qui est plutôt un

vague hommage., ne suffit pas s'il n'y a pas les autres articles,

Évidemment., j'y changerai maintenant beaucoup de choses.

                        Je serai à New York pour Noël et vous y verrai.

                                   Cordialement.,

                                        Edouard RODITI.

Saint-Dié des Vosges

5 décembre 1940 lettre de Goll à  Roditi (  le brouillon est identique)

                                                           136 Columbia Heights

                                                           BROOKLYN

                                                           Dec  5, 1940

                                   Cher ami,

      En apprenant l'autre jour, par Vera Sadomirski,

dont j'ai fait la connaissance, que vous aviez été

victime d'un accident d'auto, j'ai eu d'âpres remords

d'être venu vous importuner avec ma dernière lettre.

      Mais votre réponse que je reçois ce matin, me soulage,

puisque vous semblez être passablement remis de votre

malheur et aussi, parce que je semble avoir eu raison

de vous parler franchement.

     Votre lettre dissippe toutes mes craintes. : vous avez

compris que l'unique article qui accompagnera les

traductions de JEAN SANS TERRE, doiT plutôt  laisser

dans l'ombre les tâtonnements des Jugendjahre "d'entre

les deux guerres", pour signaler ce qu'il peut y avoir

de positif dans le poème constructif que j'aissaie

d'échafauder.

        Et Je souscrit des deux mains à tout ce que vous

écrivez dans votre dernière lettre : il suffira de

l'insérer dans votre article pour qu'il soit parfait :

ou d'y remplacer simplement les premières pages par

celles-ci.

      D'accord avec tout ce que vous dites sur le côté 

" chanson populaire, Apollinaire, surréaliste" du poème.

C'est exactement ce que je sens et ce dont je suis fier.

Je ne vous reprocherai pas de le dire, mais de ne pas

assez le développer, de sorte qu'on pourrait s'y tromper.

      Vous avez demandé l'article à "Diogenes". Mais je

crains qu'ils ne l ' aient pas,  puisqu ' ils l'ont commu -

niqué à Clark, qui ensuite me l'a retransmis.

Je m'empresse donc de vous l'envoyer sous ce pli.

      J'espère surtout que "Diogenes". ne soit pas devenu

impatient de tout ce chassé-croisé en dernière minute,

et qu'il me réservera quand même ma place dans le

numéro 2 . J'ai l'impression que si vous lui envoyez

l'article remanié assez tôt, rien ne sera perdu.

        Et je suis sûrtout heureux que rien ne soit perdu

dans notre amitié et que vous ayez accueilli mon appel

avec tant de bonne grâce.

          Nous nous réjouissons tous de vous revoir bientôt

                 à Noël, bien amicalement vôtre

                                                      

SDdV 

12 décembre 1940 lettre de Eugene Jolas à Goll

très courte et à traduire par Nicole

                                                           1941

7 janvier 1941 : lettre d'Eugène Jolas à Goll

                                                                       Pinnacle Valley

                                                                       New Preston , Conn.

                                                                       Jan, 7,41

Cher Ivan:

Le manuscript est prêt, mais je voudrais le garder engore quelques jours

pour obtenir un peu de perspective,, Tu l'auras certainement lundi prochain.

            J'espère que cela ne te dérangera pas. Je peux dire que c'était assez

difficile, car je ne vois pas de précédents. Il faut que chaque mot soit

à sa place, c'est-à-dire, chaque mot français ou espagnol ou allemand ou

anglais soit naturel et organique et musical. Ainsi je te saurais gré de me

donner encore quelques jours.

J'ai bien aimé la traduction de Williams de ton poème dans Natlon.

J'ai envoyé mon article sur la littérature francaise à l'Encyclopaedia

Britannica où je t'ai aussi mentionné. J'avais d'ailleurs écrit dans Living Age

sur ton poème dans Partisan Review il y a quelques mois, mais en lisant,

bien de temps après, 1'article en question, je me suis apperçu que ce crétin

phosphorescent de Bloch l'avait simplement biffé, Je n'admets pas de

saloperies pareilles, et puisqu'il ne m'a jamais payé pour les 4 articles que j'ai

donnés, j'ai quitté cette pauvre bande de parasites.

J*espère que tu vas bien, ainsi que Claire,

Cordially

  Gene Jolas

SDdV 

16 janvier 1941 : lettre de Goll à William Carlos Williams

                                               136 Columbia Heights

                                               BROCKLYN, N.Y.

                                               Jan. I6, 1941

            Mon cher William Carlos Wiiîliams,

      Inutile de vous dire combien j'ai été fier de voir

nos deux noms imprimés pour la première fois côte à côte

dans "The Nation" du 4 Janvier..Inutile de vous répéter

aussi toute la joie ,  que je vous ai exprimée par un télé-

gramme, en recevant "John Landless circles the Earth"

enrichi du tempérament trépidant qui est le votre.

      Je devrais être un homme heureux. Les choses

s'aplanissent pour moi, j'aime beaucoup l'Amérique, et

les répercussions de la débâcle de France faiblissaient,

lorsque vint me frapper la nouvelle de la mort de

James Joyce.

      J'étais très lié avec lui. Je le connaissais depuis

1917 à Zurich. Dés son arrivée à  Paris, avec sa famille,

en été 1920, il vint nous voir. Nous nous sommes toujours

beaucoup fréquentés. Nous avons collaboré. Et dernièrement,

j'ai traduit, ensemble avec une dizaine d'autres écrivains,

"Anna Livia Plurabella", sous la constante supervision

de Joyce. Cette histoire méritera d'être racontée plus tard.

      Lundi dernier, Margaret Marshall me demandait un

article sur James Joyce, pour The Nation. Je me mis au

travail, mais tout ce que je pouvais écrire en prose

me déplut...Finalement, presque sans vouloir :tzxmxxxix

un poème se forma, et je compris que c'était la seule

façon d'exprimer mon émotion,

   En effet, je crois maintenant que "ELEGIE POUR JAMES

JOYCE' est une réussite, et Margaret Marshall vient

justement de me le confirmer par téléphone. E11e voudrait

publier le poème, en français et en anglais, et je crois

qu'elle va vous xx prier aujourd'hui         même  de la traduire.

      

N'est-ce pas abuser de votre bonne grâce? Mais cette fois,

vraiment, il n'y a personne qui pourrait vous remplacer.

C'est d'ailleurs le seul poème que j'ai réussi d'un bloc,

depuis "J.L. at the Final Port", en été dernier.

      Je vous envoie le poème sous ce pli: les premières

strophes dépeignent nos pérégrinations fréquentes sur

les Boulevards des Capucines où des Italiens. Ensuite,

des visions de son xxxxxxx monde. Quelques aspects de

son oeuvre.    Dans la dernière stanza, "la folle", c'est

sa fille Lucia, qu'il allait régulièrement visiter dans

son asile, tous les dimanches,  où il lui chantait des

chansons et des berceuses d'Irlande. J'ai d'ailleurs la

                  conviction que Joyce n'est pas mort de l'opération intestinale ,

                   ni même des privations de la guerre, mais du chagrin

                  que sa fille lui faisait.      Je crois aussi, que si Joyce

n'ést~pas-venu en Amérique.la dernière année, au lieu

de rester à Vichy ou de se rendre en Suisse, c'était

pour rester.près. de Lucia..

                 Croyez, mon cher William Carlos Poète,

à  ma très sincère affection

                                        

                                        

SDdV

19 janvier 1941 : lettre d'Edouard Roditi à Goll

            le  19 Janvier  1941                            4555  Main  Street

                                                                       Kansas  City,  Missouri

Cher  ami,

            Vous n'avez pas idée combien cela m'a fait plaisir de

vous revoir, ne serait-ce que dans ces ' foules ' tapageuses...

            J'ai parlé de vous à la direction de cette Université.

Je ne peut rien promettre, mais on m'a demandé de votre curriculum

vitae, la description de vos diplômes, la liste de vos publications.

Pourriez-vous me les soumettre ? Je les montrerai en même temps

que le numéro de DIOGENES.

            Auriez-vous, dans vos messages, place pour un petit

recueil de mes poèmes? Je viens de terminer deux volumes, dont

un (trop long pour vous) que je vous ai montré, un autre qui

sera publié au printemps. J'ai un troisième, très bref et très

fou, qui sera prêt dans trois mois. Le titre ? Emperor of Midgnight.

            Le départ de Pierre-Quint a été retardé par une grave

maladie. S'il se remet assez vite, il compte venir en mars ou avril.

              Quand arrivera Kisling, faites-le moi savoir. Et Chagall

aussi

              Mes hommages à votre femme,

                                   Cordialement

                                  

                                   Edouard RODITI

               Ps .  Je prépare pour View  ( la

revue de Ford ) une petite anthologie de poètes

brésiliens ,  en traduction . mais  cela  est

assez long ç organiser et sera peut-être prêt

trop tard . Pourriez-vous , dans ce cas ,

l'utiliser ?

SDdV  :   

24 janvier 1941 : lettre d'Eugène Jolas à Goll

Pinnacle Valley

New Preston., Connecticut

Jan 24, 41

Dear Ivan :

Maria est partie avec le poème : MIGRATION CHANT, et je l'ai priée de

l'envoyer tout de suite.  J'ai assez travaillé là-dessus, enfin je l'ai écrit dans

une petite ville d'usine où j'ai travaillé comme reporter,

tout près d'ici, il y a vingt ans. On vieillit, mon cher...

La mort de Jolyce m'a bouleversé jusqu'aux larmes. Le monde est devenu

très vide sans ce grand ami.

Je vis très solitaire dans un cottage près d'une colline boisée, et le

vent est violant ici.

Écris-moi ce que tu fais et n'oublie pas de me signaler quand tu penses

publier mon poème.

With best wishes to yourself and Claire,

Always

SDdV 

3 février 1941 : lettre de Jacques Le Clerq à Goll

                                                               JACQUES LE CLERCQ                          ce 3 février

                                               145 East 40 th Street                              1941

           Cher  Monsieur :

               Je tiens à vous remercier de l'envoi de vos

         Chansons  de  France  que  j'ai  lues  plusieurs

          fois  et ,  comme de juste , à haute voix .  Avec

         une  simplicité  trop pure  pour  ne  pas  avoir

         été  vécue  et  frappée , vous  arrivez  à  créer

         chez  vos  lecteurs  une  angoisse  dantesque ,

         baudelairienne .  Il  y  a de ces vers qui hantent

         l'oreille , en  attendant  de  hanter  le  cerveau

         et  l'imagination. ;   il  y  a    mieux  que

         Jean-sans-Terre puisque le fond est universel,

         le cadre illimité . Je  vous remercie sincèrement

         de   l ' émotion   que  j'ai   éprouvée à  vous

         lire.

               J'aimerais  beaucoup vous  revoir, et  faire

         enfin  la connaissance  de madame  Goll , que

         je  connais ,   comme  je  vous  l'ai  dit ,  seule -

         ment  par  " Jupiter "  auquel   nous   avons

         failli  donner  le  Prix   Brentano .     Voyez -

         vous  Eugène  Jolas  de  tempe  en  temps  ?

         Voulez - vous  venir  prendre  un  cocktail

         chez  nous   un  après-midi  avec  les  Jolas ?

         Vous  n ' aurez   qu’ à  me  lancer  un   coup

         de téléphone  - LE 2 -1839 -  après  avoir  fixé

         avec  Jolas  le  jour  qui vous  conviendrait .      

                   Maeterlinck  m' a  dit que  vous  songiez

          à  faire éditer  vos poèmes .  Y  aurait -  il

         intérêt à  donner  une traduction  en  regard ?

         Si  oui ,  je suis à  votre  disposition. . . .

                   J'ai  vu  Clark  Mills à Cornell  cet été ;

         peut - être  vous l'a -t -il  dit  .  Et  je  viens

         de  lire  sa  traduction  dans  Poetry  : elle

         paraît claire  et  nourrie .

                   En  attendant   le  plaisir  de  vous  re -

         voir  et   en   vous  remerciant   encore  des

         bonnes   heures   que   je   passe   avec

         "  Chansons  " ,  je  vous  prie  de  recevoir ,

         Cher  Monsieur ,  le  témoignage  de  ma

         parfaite considération

                                      Jacques le Clercq

SDdV 510.218

5 février 1941 : lettre d'Edouard Roditi à Goll

                                                                                  4555  Main  Street

            le  5  Fevrier                                                   Kansas  City, No .

                        Cher   ami,

                                        Vous  m'envoyez  si  régulièrement de  beaux  poèmes . . .

                        je  vous  envie  votre fécondité . . . Celui  de  cette  semaine , dans

                        The  Nation, est  vraiment  bien  beau .

                                        Mais  ne vous donnez  pas  la  peine de  m'envoyer ceux

                        que  vous  publiez  dans  cette  revue : je  la  lis  régulièrement  ici

                        dès  qu'elle  paraît . Vous  êtes vraiment  trop  gentil .

                                       Diogenes  est  arrivé  il  y  a  deux  jours .  Je  suis

                        assez  satisfait  mais  je  trouve  qu'on  peut  encore  découvrir,

                        dans  mon  article ,  hélas,  des  traces  du  petit  malentendu.

                        Je  n'ai  pas  pu  le  réorganiser  en  si  peu  de  temps. . . . Tant

                        pis . Une  autre  fois,  je  ferai  mieux.  Mais  j'avais  si  bien

                        compris  qu'il  s'agissait  de  plusieurs  articles  sur  vous ,

                        lorsque  Blair  m'en  a  d'abord  parlé ; puis , après ,  lorsque  j'ai

                        bien  compris  ce  qu'il  fallait, il  était  trop  tard  et  j'étais

                        surchargé  de  travail . . . .

                                   Je  viens  de  recevoir  une  lettre  assez  triste  de  ce

                        pauvre  Ilarie  Voronca ,  qui  veut  venir  en  Amérique .  Il  est

                        Roumain  et  Juif,  indésirable  en  France selon  nos  nouvelles

                        lois,  et  ne  peut  pas  rentrer  en  Roumanie  non  plus.  Vous

                        connaissez  probablement  ses  poèmes,  qui  sont  bien  beaux.

                        Je  ne  sais  au  juste  comment  l'aider .  Il  m'a  demandé  d'écrire

                        à  Samuel  Putnam,  ce que  j'ai  tout  de  suite  fait;  et  j' ai

                        écrit  à  Adamic  aussi.  Si  vous  avez  des  amis  qui  pourraient

                        s'intéresser  à  lui.  vous  seriez  bien  gentil  d'y  penser.

                                   J'ai  égaré  l'adresse  de   Charles  Henri  Ford  à  New  York .

                        Pourriez-vous  me  la  communiquer ?  Merci . . . .

                                   Denise  Van  Moppes  a  pu  quitter  la  France  et  est  à

                        Lisbonne.  Elle  sera  peut-être  ici  bientôt,  mais  elle  n'est

                        pas  encore  décidée,  ayant  aussi  la  possibilité  d'aller

                        ailleurs.

                                   Mes  hommages  à  votre  femme.  Bien  cordialement ,

                                                                                                                                             

                                                               

                                                          

SDdV

5 février 1941 : lettre de Goll à Edouard Roditi

                                      136 Columbia Heights

                                      BROCKLYN, N.Y.

                                      FeB. 5, 1941

         Mon cher ami,

         DIOGENES est donc devenu un croyant et un ami

       sincère  de la  poésie . Pour les New Yorkais, ce  numéro 2,

       avec  sa couverture  d'un goût étonnant , presque  pari-

       sienne  semble un  enseignement .   En  effet,  Madison

       travaille  mieux  que  Madison  Avenue .

       Et  que dire  de   Roditi ?   Votre  article,  dans  le

       cadre  général  qu'il  s'est  posé,  donne  une  vue  globale ,

       et  très  nouvelle  de  la  poésie  française :  la  vue  d'un

       phare  qui  darde  son  oeil  çà  travers  l'Atlantique . Les

       changements  que  vous avez  faits  l'ont  arrondi.

       Emperor of  Midnight :  quel  titre  prestigieux .

       Lui  seul  me  fait  applaudir  des   deux mains .  Mais

       vous  savez  que  la  série  de  10  Messages déjà  annoncés

       doit  avoir  vu  le  jour.,  avant  que  je  puisse m'attaquer   

       à  une  autre  série  qui  grouperait  surtout  des  jeunes

       Américains,  vous  en  tête.  et  vous  devinez  quelques

       autres .                

                 Je  suppose que VIEW utilisera votre Anthologie

       Brésilienne,  car  c'est  une  trouvaille  qu'on  ne  laisse

       pas  échapper . Dans  le  dernier  numéro. les  Cubains  ont

       une  belle  place  bien  méritée .  "  Poets '  Messages "

       appelle  des  individus ,  non  des  groupes . Mais  je  songe

       aussi  à  " Decision " ,  dont  le  2.  Numéro  vient  de  sortir ,

       avec  une  petite  anthologie  grecque  :  je  suis  sûr  que

       Klaus  Mann  sera  sensible  à  votre  suggestion .  Avez -

       vous  son  adresse  :  141  E  29  ST.  NYC.               

                 Kisling  arrive  demain  sur  le  Fernando  Marquez.

       De  Chagall  je  n'ai  plus rien  entendu .   Quelle  est

       l'adresse  de  Denise  Van  Moppès , à  Marseille ? Va-t-elle

       venir  ?

         Faut-il vous dire combien  ma gratitude est grande?

C'est  votre  article  qui  me  confère  les  first   citizen-

papers  dans  la  littérature  américaine ,  alors  que  les

magazines  précédents  m'avaient  donné  des  visas tempo-

raires . Votre  affidavit  poétique  vous  vaut  ma  reconnais-

sance  inextinguible.

                            Je  vous  serre  les  deux  mains

                                                                     

SDdV 

6 février 1941 : double de la lettre de Goll à Edouard Roditi

                                      136 Columbia Heights

                                      BROCKLYN, N.Y.

                                      Feb. 6, 1941

         Mon cher Ami ,

     Je ne sais comment vous remercier pour le  geste

de grande amitié que vous venez de faire dans DIOGENES 2 :

en  effet, votre votre  article me  confère sur le plan littéraire ,

les  first   citizen-papers ,  alors  que  les magazines  publiant

mes poèmes m'avaient donné  des visas temporaires . Votre

affidavit  poétique réclame toute ma gratitude.

          Je pense qu'il  n'y  a  vraiment  plus  rien  à  objecter

à  votre  article  :  sur  la  fin , vous  l'avez  arrondi  dans

le  sens  voulu .   Et  en  effet , il  se  tient  surtout  dans

un  cadre  général ,  marquant  bien ,  que  d'autres  investi-

gations étaient possibles .

         . . . J'étais justement en train  d'écrire  ces lignes ,

lorsque votre lettre du 5 me fut apportée. Je réponds vite

à vos questions :

         L'adresse  de Ford : 360 East  55 St. , NYC

                 Kisling  arrive  demain de Lisbonne  sur  le  Fernando 

       Marquez..

         De  Chagall  je  n'ai  plus rien  entendu .

         Je suis désolé d'apprendre le triste sort de Voranca .

Je  vais  faire  mmédiatement des démarches pour lui .

Il  faut  qu'il vienne au  plus  tôt. C'est  un  si  grand poète .

Quelle est son adresse ?

              Emperor of  Midnight: quel  titre  prestigieux .Lui 

       seul  me  fait  venir  l'eau à la bouche.  D'ailleurs  j'aime

       énormément votre poésie, et je viens de le dire ce matin

       à Kurt Seligmann, qui va illuster votre poème dans cette

       collection , que j'ai  baptisée  jadis , et dont  j'ai  aban-

      donné la direction . Il m'a aussi montré  votre belle lettre

      sur la polarité dans l'art . . .  que je trouve extrêmement

       intéressante .

          Mais vous savez que " Poets  Messages " a un plan de

       10  plaquettes .  Ensuite , il  faudra faire une  série  de

       poètes américains,   parmi lesquels  vous serez naturelle-

       ment un des premiers

                 Je  ne  voudrais  pas  vous  faire perdre  votre

      temps au sujet de la petite  Anthologie Brésilienne :

,      "  Poets '  Messages " publie pour  le  moment des isolés ,

       non  des  groupes .

                 Si   VIEW  ne  s'y intéressait  pas - ce qui m'éton-

       nerait  fort ,  car  il  vient  justement  de  publier         

       des  Cubains , avec un goût parfait  - je suis  sûr

       que  Klaus  Mann , directeur de " Decision ", 141 E  29 St,

      NYC. ,  serait  très  sensible  à  votre  suggestion . Dans

       son  Numéro  2  ,  il  publie  justement  une petite  antho -

       logie  grecque .

                 Voulez-vous que je lui en parle ?.Merci de votre

       bonne        lettre.  Ecrivez-moi  plus souvent , et surtout

       n'oubliez  pas  de  m'envoyer  l'adresse  de  Voronca  ,

       avec , si possible , un curriculum vitae .

                                   Je vous serre les deux mains

SDdV

7 février 1941 : copie de la lettre de Goll à Etiemble

                                      136 Columbia Heights

                                      BROCKLYN, N.Y.

                                      7  Février  1941

         Cher Monsieur Etiemble ,

         Je me suis permis de vous envoyer la première

plaquette de  POETS'  MESSAGES, au dos de laquelle

vous  avez  pu  lire  le  programme  de  la  série .  Vous

aurez  sans  doute  remarqué  qu'une  des plaquettes doit

être  consacrée à Supervielle .

         En  automne dernier, j'avais eu  une  autre  idée :

de publier  ici  une revue française . Je  n'ai  pas  trouvé

les fonds  nécessaires . Je  l'ai  abandonnée . Mais à ce

moment, je me suis mis en  communication avec Supervielle,

qui me répond ceci :

         "Cher Poète ,       Je viens d'envoyer à Etiemble

( qui  va  lui aussi fonder  une  revue  aux  Etats-Unis )

mes  derniers  poèmes quand  j'ai  reçu  votre  lettre .

C'est vous  dire  que  je  suis dépourvu  en  ce  moment .

J'espère  pouvoir  vous  trouver  quelque  chose  par  la 

suite . "

         Aucun écho ne m'est parvenu de  votre  revue , et

je  le  regrette : j'espère que vous avez eu plus de chance

que moi .   Je voudrais vous demander , si vous utiliserez

tous les poèmes de Supervielle , ou si vous pourriez

peut-être m'en céder quelques uns pour une plaquette ?

Il est évident que j'écris aussi à Supervielle : mais

le courrier entre le Nord et le Sud met si longtemps . . .

         Dans l'attente de vous lire, recevez , cher

Monsieur , l'expression de mes sentiments les meilleurs

                  

SDdV

10 février 1941 :double de la lettre de Goll à Renée Maeterlinck

136 Columbia Heights

Brooklyn

Feb. 10, 1941

            Chère Madame,

            Nous étions revenus hier soir exprès de

Connecticut, où nous avons été invités pour le

week-end, et nous nous réjouissions tellement de

recevoir Mélisande...

            ... hélas, la journée bleue devint noire, et l

es fleurs se fanèrent instantanément...

            Et comme vous n'avez pu m'apporter les poèmes

du Maître, comme je l'espérais, puis-je vous demander

de me les envoyer ?

            Recevez, chère Madame, pour vous et le maître 

l'expression de notre sincère admiration

SDdV 

:   

13 février 1941 : lettre d'Edouard Roditi à Goll

                                                                                  4555  Main Street

                                                                                              Kansas City , Missouri

            

            le  13 Février  1941

                        Cher ami ,

                                   merci de votre lettre enthousiaste, qui m'a

                        réconforté car Kansas City, parfois me déprime …..

                        Je veux maintenant vous demander deux très grands services.

                                   D'abord: James A Decker publiera d'ici quelques

                        semaines, dans deux ou trois mois au plus tard, ma

                        plaquette de poèmes hébraïques que je vous avais montrés.

J'ai fait don des droits à venir à la League of American

Writters Fund for Refuges Writters, un peu parce que je veux

de leur donner de l'argent, un peu aussi parce que la publicité

de ce don m'aidera à récolter bien plus que je ne pourrais

autrement espérer, et fera vendre mon petit bouquin à un

tas de lecteurs que je ne toucherais guère sans ce geste

charitable qui ne l'est pas tant qu'on le croirait.........

Je veux donc vendre autant d'exemplaires que possible,

que toutes les revues en parlent, etc.... Comme je ne suis

pas à New York, je serai obligé de compter un peu sur mes

amis pour cette publicité. Vous serait-il possible de faire

en plus de toutes les bonnes idées que vous aurez certaine-

ment, les trois démarches suivantes ? Je veux beaucoup

m'assurer une petite note dans The Nation : comme vous y

êtes très bien reçu, j'ai pensé que vous sauriez demander

qu'ils parlent un peu de mon petit livre dans leurs

chroniques. Ensuite, vous me parlez de Decision ; j'aimerais

beaucoup y publier un poème, vers l'époque où ma plaquette

paraîtra, ce qui leur permettra de dire, dans la petite

note biographique qu'ils publient pour chaque collaborateur,

que je viens de publier une plaquette au profit de......

Je vous enverrais d'ici peu trois de mes poèmes que je

vous demanderai, si cela vous convient, de soumettre à Klaus

Mann. Enfin, je vous demanderai de bien vouloir écrire une

petite note dans Aufbau, où je viens de lire votre article

sur Joyce. J'ai d'ailleurs une excellente traduction alle-

mande d'un fragment d'un des poèmes ; et je soumettrai cela à

Manfred George lorsque la plaquette sera sur le point de

paraître.

           Vous me dites, dans votre lettre, que Seligmann

va illustrer un xx de mes poèmes "dans la collection" que

vous avez baptisée ; je n'ai pas très bien compris de quoi

il s'agit. J'avais l'impression qu'il allait illustrer ma

plaquette. Me parlez-vous d'un autre projet d'édition ?

Et duquel ? Votre explication m'intéressera beaucoup...

           Ce pauvre Voronca est à Marseille, et on peut le

rejoindre aux Cahiers du Sud, 10 Cours du Vieux. Port. Je lui

ai écrit par avion la semaine dernière mais et je ne sais guère

que faire... Il est vraiment un très grand poète.

           J'ai constaté, avec étonnement, que les Cahiers du

Sud., dans leur numéro de novembre, publient toujours

Benjamin Fondane et René Leibovitz, ce qui signifie ou que

les " lois de Vichy" sont assez souples, ou que les Cahiers du

Sud sont si peu important qu'on leur permettrait de publier

même des blagues juives sur les lois antijuives...

           Je viens de lire un beau texte politique de Bernanos

dans le dernier numéro de la France libre, de Londres. Vous

devriez leur soumettre le premier poème que vous avez

publié dans The Nation...... Je choisis celui-là parce que je

crois que nos braves amis les garagistes, les pêcheurs bretons,

les mécanos socialistes etc. .. de l'armée libre, qui lisent tous

cette revue, l'apprécieront plus facilement que les autres

poèmes, plus difficiles.....

           Emperor of Midght avance. Il y aura là des poésies

complètement loufoques, qui vous surprendront.

           Avez vous obtenu des critiques de votre dernière

plaquette dans BOOKS ABROAD ? Je peux m'en charger.....

           Bien cordialement, avec mes amitiés à votre femme et

à tous nos amis (dont Kisling, qui ne se souviendra pas de

moi mais que j'ai souvent rencontré il y a dix mille ans)

                                              

                                               Edouard Roditi

SDdV 

15 février 1941 carte de Goll à Madame Veuve D. Kahn

chez Madame Le Marinier, 24 Boul Lhotelier à Dinard France

retour à l'envoyeur

15 février 1941

136 Columbia  Heights

Brooklyn, New  York

Quelques   baisers

de Claire

                        et

            Mignon

SDdV 510311. I

15 février 1941 : double de la lettre de Goll à Serge Milliet

                                               136 Columbia Heights

                                               Brooklyn

                                               15 Février 1941

                        Mon cher Serge Milliet, 

      La vieille croûte de la terre s'est brisée en

plusieurs morceaux, et comme bien vous le pensez,

Jean Vieillissant est plus que jamais Sans Terre.

Le voici en Amérique du Nord, où il tâche de continuer

la Chanson commencée dans la gloire déjà se décolorante

de Paris.

            Claire et moi, nous sommes ici depuis plus de 18 mois

et nous nous sommes acclimatés à cette atmosphère plus

rude de New York. Nous avons assisté à l'effondrement

d'une Europe qui fut trop heureuse et trop égoïste,

et qui s'est laissée mourir par apathie et par perversité.

            Je vous envoie par ce même courrier quelques

CHANSONS DE FRANCE qui pleurent avec rage les malheurs

de ce pays que nous avons tous aimé avec notre sang

et tout l'espoir de notre vie.

Les CHANSONS DE FRANCE constituent le premier pamphlet

d'une série intitulée : MESSAGES DE POETES, dont vous

trouverez le programme en dernière page de la brochure;

inutile de m'y attarder.

            Mais j'aimerais beaucoup savoir ce que vous devenez,

vous et les vôtres, et aussi, ce qui passe en littérature ,

dans votre beau pays. Ecrivez-moi bientôt et recevez les

bonnes amitiés de Claire  et de

                                                   votre

            Claire vient de publier ici en français son dernier

roman  " Le Tombeau des Amants Inconnus " et vous l'envoie

par le même courrier.

SDdV  : 

  double de la lettre de Goll à Charles Henri Ford après 17 février 1941

Main 5-0475                                                  136 Columbia Heights

                                                                       Brooklyn . N.Y.

                                   Mon cher Charles  Henri Ford

                                   Votre carte me parvient juste au moment où je

                        vous expédie l'annonce de ma nouvelle entreprise

                        " Ooet's Messages" : une série de plaquette poétiques .

                        A côté du premier groupe mentionné, il y aura un

                        deuxième qui réunira les poètes plus jeunes d'écoles

                        différentes, dont, je l'espère, vous serez collaborateur .

                                   Cette entreprise remplace le projet de magazine ,

                        abandonné pour le moment jusqu'à la découverte  du

                        capitalisme magnanime. D'autre part " Tandem " s’adresse

                        à un public trop restreint .

                                   J'ai essayé plus de dix fois de vous téléphoner

                        au sujet du dialogue projeté avec Calas, sur Li-Tai-Pé.

                                   C'est avec plaisir que j'apprends que vous allez

                        publier un de mes poèmes traduits par Clark Mills . Mais

                        pour éviter un double-emploi, je vous reconnaissant de

                        me dire lr titre de ce poème, car j'en ai envoyé beaucoup

                        qui ont été acceptés par d'autres magazines tels que

                        "The Nation ", " Poetry " etc. Si le poème en question

                        était déjà pris, j'en ai d'autres à votre disposition .

                                   Vous me demandez une note bio-bibliographique:

                        « Je suis né à Saint-Dié, (France), d'un père alsacien

                        et d'une mère lorraine, c'est à dire en constante contra -

                       diction avec moi-même, avec l'Est et l'Ouest.

                  

                   " J'ai passé la plus grande partie de ma vie à Paris,

                   y menant avec ma femme Claire une pure existence de poète.

                        En été 1939, je suis venu aux Etats-Unis, apportant

                        comme tout bagage les 3 plaquettes de "Jean sans Terre",

                        des "Chansons Malaises», une prose poétique "Lucifer

                        Vieillissant". Ici en Amérique, je continue "Jean sans

                        Terre" et la résistance passive du poète. » 

                                   Dans l'espoir de vous lire bientôt, recevez, mon cher

                        Ford, une bonne poignée de mains     

SDdV

22 février 1941 : lettre d'Etiemble à Goll

                                   Esperanza 106 Col.del Valle    Mexico D F.

Cher Monsieur :

                          Excusez-moi ; je reçois, aujourd'hui 22 février, votre

lettre du 7.

                          Jusqu'à présent, la finance ne me favorisait guère ; mais

j'ai quelque espoir, maintenant, de trouver l'argent nécessaire à la

revue dont vous parlait Supervielle. D'autre part, comme je rédige en

ce moment une partie du bouquin que je prépare sur notre ami, j'ai

besoin de tous ces inédits.

                          Mais soyez assuré que si mon projet échoue, je vous

enverrai tout ce dont je dispose. De toute façon, à mon retour en

Chicago, fin mars, je vous communiquerai un ou deux de ces poèmes,

pour votre plaquette.

                          Comme on ne fait pas suivre les imprimés, le volume

que vous avez bien voulu m'envoyer  est resté à Chicago. Dès mon re-

tour j'en prendrai connaissance. Je suis vraiment heureux que votre

collection présente enfin Supervielle aux américains du Nord. On l'igno-

re là-bas à peu près complètement : aucun de mes collègues, avant mon

arrivée, ne connaissait son nom. Mais je vis en Middle West. Peut-être

New York est-il plus hospitalier aux poètes ; je vous le souhaite, en

tout cas.

                          Car je suis attentivement à vous

                                                          

SDdV 

:   

28 février 1941 : lettre de Goll à Edouard Roditi

                                                           136 Columbia Heights

                                                                       Brooklyn . N.Y.

                                                                       Feb.  28, 1941

   Mon cher ami,

   Votre longue lettre contenant tant de projets

m'a beaucoup intéressé, et je crois vraiment que

votre plaquette avec les magnifiques poèmes hébraïques

rencontrera un succès assuré. Votre idée d'en faire

don à la Ligue of Américain Writters est généreuse, et

sûrement portera ses fruits.

   De mon côté, ne doutez pas que je ferai tout ce

que je peux pour agrandir son succès.

   Je dois voir Klaus Mann la semaine prochaine et

lui parlerai de vous ; de même Manfred George , qui

accueillera la traduction allemande " mit Handkuss ".

Enfin, lorsque la plaquette aura vu le jour, je ne

manquerai pas de faire signe à la "Nation".

   Vous devriez d'ailleurs envoyer votre poème dès

à présent à Decision et Aufbau.

   Seligmann m'avait dit qu'il allait illustrer

vos poèmes :. un point c'est tout. J'avais fait un

petit jeu relativement au baptême.

   Ici à New York, presque rien de nouveau. Je fais

en ce moment mon sommeil d'hiver.

   Claire par contre vient de publier à la Maison

Française son roman" Le Tombeau des Amants Inconnus"

qu'elle vous enverra ces jours-ci. Si cela vous

intéresse d'en parler dans " Books Abroad "...

   Les "Chansons de France" aussi n'ont pas encore

d'autre avocat dans cette revue

   Comment vont vos travaux universitaires ? Et quand

pensez-vous revenir dans l'Est ?

   Mille bonnes choses de nous deux

                                              

SDdV  :   

5 mars 1941 : lettre d'Edouard Roditi à Goll

à  recopier

10 mars 1941 : lettre d'Etiemble à Goll

                                   Mexico 10 mars 1941

Cher Monsieur ;

                                 merci de votre plaquette, je trouve plus d'un sujet d'aimer

ou d'admirer ; mais je n'aime pas du tout le premier vers de Terre de France.

on vous doit bien cette franchise .

                                 votre première série promet en effet d'être fort belle  : le

seul nom auquel je renâcle, c'est celui d'Eugène Jolas dont je ne tolère

ni Mots Déluges, ni I have seen monsters and angels.

                                 mais si vous espérez enrichir la prochaine de quelques poètes

mexicains contemporains, vous aurez je crois beaucoup de mal ; en ce qui me

concerne, à part Pablo Neruda, je ne vois rien qui vaille, sur ce continent

pour l'espagnol. Je connais, bien ou mal, quelques-uns des "poètes" ; et je

m'étonne toujours du décalage entre leur finesse d'esprit et la pauvreté de

leurs oeuvres ; Alfonso Reyes et Julio Torri, à qui j'ai demandé secours en vo-

tre nom, hier se sont bornés à me citer un vers vieux de 3 siècles environ

et qui dit à peu près que les poètes mexicains sont aussi abondants que le

fumier. Il me semble que Carlos Pellicer (Lomas de Chapultepec, Avenida di

Sierra Nevada, 724, Mexico) Salvador Novo (Panuco, 34, Mexico) et Xavier

Villaurrutia (Puebla, 247, Mexico) seraient vos meilleures chances. Reyes a

conseillé de vous recommander en premier lieu Enrique Gonzalez Martinez,

l'académicien et l'un des directeurs de Romance. Je le trouve bien pompier ;

mais je le connais assez mal: j'ai lu Diluvio de fuego et les poèmes commémo

rant la mort de son fils, le poète Enrique Gonzalez  Rojo .     C'est peu, sur

une oeuvre aussi abondante que la sienne.

                      je vous remercie également de xxxx m'avoir envoyé deux bulle-

tins de souscription ; je viens malheureusement d'apprendre que je serai

chômeur en juin, selon toute vraisemblance, et j'attends d'avoir à l'espérance

d'une occupation avant de vous envoyer quatre dollars . J ' essaierai de pla-

cer deux souscriptions, à mon arrivée en Chicago, qui ne tardera guère,

parmi mes étudiants.

                          oui le Mexique est un admirable pays, en cette saison surtout

mais si je trouvais un job quelconque à New York, je me consolerais un peu

- un peu seulement - de le quitter.

                 par courrier ordinaire, je vous envoie le dernier numéro de. Romance.

J'ai à Chicago la collection complète ; si quelque jour vous avec quelque

référence à y chercher, je suis à votre disposition. L'a bonnement de 12 numé-

ros coûte 75 cents américains.

                         je n'ai point reçu les "échantillons" que vous m'annonciez

des traductions anglaises du Jean sans Terre. Sont ils perdus ?

                     croyez-moi sympathiquement à vous, je vous prie,

                                             

SDdV 

11 mars 1941 : double de la lettre de Goll aux époux Jolas

                                               136 Columbia Heights

                                               Brooklyn

                                               March 11 1941

                                               Mes chers amis,

            Un mot seulement pour vous dire que le

"Monument pour James Joyce" semble prendre forme:

j'en ai parlé à divers éditeurs que l'idée intéresse,

et à quelques écrivains qui m'ont promis leur colla -

boration.

            Que Gene excuse le retard dans la publication

de son booklet :  l est dû principalement au fait,

que je prépare une modification dans le système de

POETS' MESSAGES et dans programme imprimé en dernière

page. Je dois attendre l'adhésion d'un poète et d'un

peintre. Voilà tout le mystère.

            J'espère que Madame Jolas a reçu mes devis ce

matin et que nous pourrons bientôt aller de l'avant.

                        Sincèrement

SDdV  :