1944

2 janvier 1944 : double de la lettre de Goll à Roger Caillois sur papier Hémisphères 

à recopier

16 janvier 1944 :  lettre d'Eugène Berman à Goll

à recopier

17 janvier 1944 :  lettre de Jean Malaquais (Mexico) à Goll

à recopier

18 janvier 1944 : double de la lettre de Goll à André Breton sur papier Hémisphères 

                                               18   Jan  44

            Mon cher André Breton,

                 Je  vous envoie les épreuves de  votre

            admirable " Preface ". Je l'ai  fait  compo-

            ser immédiatement, afin d'avoir une copie 

            pour le  traducteur. Vous  verrez qu'il y a

            étonnamment  peu  de  fautes.

               

                Voici également les "Epingles Tremban-

              tes ", avec la prière  de me  les renvoyer

            après  revision.

                M.  Seirig  a été  charmant. Il  n'a  pas

            pu me faire de commande directe, et ne m'a

            pas non plus donné  grand  espoir  au  sujet

            de la  quantité  des volumes qui pourraient

            être  commandés  par Alger. Par contre, il

            m'a  conseillé  d ' écrire une  lettre au Mini-

            stre  des  Affaires Etr.  de  — Haïti,  qui

            peut-être  me fera une commande  sérieuse.

             (Je  n'y crois  guère.)  Mais il était  char-

            mant.  Et il  est un  fervent admirateur de

            Césaire.

                                   Bien sincèrement à vous

                                               Yvan Goll

Saint-Dié des Vosges

20 janvier 1944 : lettre manuscrite d'André Breton à Goll

                                   Vendredi 20 janvier 1944

                                   Mon cher  Ami,

            excusez, je vous prie les deux ou trois corrections d'auteur.

Je ne me rappelle pas  si dans la Préface, je n'avais pas indiqué

une ligne de blanc entre certains alinéas. Vous serez très aimable

de vouloir bien vérifier sur le manuscrit.

            En ce qui concerne la présentation des petits poèmes, ne

pourrait-on  interligner un  peu  davantage  (pour le genre  de

langage ici pratiqué, je trouve cela un peu compact, qu'en pensez-vous?)

            En tout cas  je souhaiterais un plus grand intervalle d'un

poème à l'autre et que les textes fussent mieux séparés des titres.

            Pour revenir à la préface, il va sans dire que si vous renoncez

à faire suivre  "Cahier du retour" de quelques autres poèmes, il

faudra songer à modifier, en seconde page, le membre de phrase :

"… je précise que j'ai non moins en vue les autres poèmes du présent

recueil à la poésie de Césaire …" (on pourrait dire : "les autres poèmes

de Césaire — cette poésie, comme toute …" etc.)

            M. Seyrig me dit que Césaire lui a remis une autre copie

corrigée du "Cahier", qu'il serait peut-être bon de confronter avec

l'autre, parce  qu'elle  lui semble  mieux  revue. Où  en  est  la

traduction  !  Subsiste-t-il des mots introuvables ?

            Mes compliments, je vous prie, à Madame Claire Goll.

                                               Très cordialement à vous

                                                                       André Breton

Saint-Dié des Vosges

3 février 1944 : lettre manuscrite d'André Breton à Goll

                                   Mercredi 3 février 1944

                                   Cher  Ami,

                        Voici les épreuves. Je regrette un peu

            que  ce  Dialogue  passe  dans "Hémisphères".

            Il  n'y  a  pas assez longtemps  qu'il  a paru

            dans  "Lettres françaises " et, si vous m'aviez

            consulté, j'y aurais vu une contre-indication

            plus encore pour vous que pour moi.

                  J'attends donc les points d'interrogation

            posés  le  texte  de Césaire.     Je   crains

            fort que nous ne résolvions pas tout sans

            l'aide de l'auteur

                                   Très cordialement à vous

                                               André Breton

Saint-Dié des Vosges

22 février 1944 :  double ou brouillon de la lettre de Goll à Eugène Berman

car évoque problèmes de rétribution de ses dessins

à recopier

17 mars 1944 : lettre manuscrite d'André Masson à Goll 

à recopier

13 avril 1944 : carte manuscrite d'André Masson à Goll 

à recopier

15 avril 1944 à Max-Pol Fouchet sur papier Hémisphères  :

Mon cher Max-Pol Fouchet, 

Après votre câble reçu ici le 10.12.43 (envoyé je crois le 28.10.):  "Recevons Hémisphères stop Cordiales félicitations stop serions heureux si permettiez reproduire textes Goll Perse Caillois amitiés     Fouchet Max ",  je suis bien étonné d’apprendre que vous venez de reproduire le "Poème à l’Etrangère "de Perse,  non seulement sans mon autorisation (que le poète m’avait interdit de donner,  comme je vous le signalais dans ma lettre de réponse),  mais même sans signaler que le poème est extrait d’HEMISPHERES,  bien mieux,  sans signaler l’existence d’HEMISPHERES.

Quel procédé peu amical,  peu fraternel,  si contraire à l’atmosphère de franchise et de solidarité poétique,  qui devrait réunir la petite poignée de gens qui s’efforcent de maintenir dans le monde un climat poétique !

Après les témoignages de fraternité venus des quatre coins du monde,  Fouchet,  est-ce vous qui venez me trahir ?

J’espère qu’entre-temps,  vous avez reçu les n° 2/3,  dans lequel s’affirme encore plus que dans le n°1 l’esprit hémisphérique de ma revue. Sous le titre "Découverte des Tropiques",  j’y publie des textes d’André Breton et André Masson,  qui,  grâce à l’exil,  ont découvert à la Martinique un nouveau règne poétique,  et d’autres textes sur Cuba,  le Congo etc.

Après l’enthousiasme de votre premier télégramme,  puis-je espérer que vous affirmerez publiquement dans FONTAINE votre solidarité avec nous ?  Ou bien va-t-on déjà recommencer le système des camps poétiques,  à l’instar des camps politiques ?

                                   Tristement votre         

(S.D.d.V. 510 31 G ff. 38)

2 mai 1944 : double lettre manuscrite de Goll à André Breton

                                                                       Brooklyn, 2 mai  44

            Cher Ami,

                        J'ai toujours eu l'intention de publier

aux ,,Editions Hémisphères", une édition bilingue

du ,, Cahier d'un Retour au Pays Natal "

                                   et

            je comprends votre méfiance concernant ma

nouvelle  attitude        J'ai l'air d'un usurpateur,

c'est  vrai

                                   hélas

                        ce que vous ne savez pas

c'est que  depuis quelques semaines, au courant

desquelles  il  ne  m'a pas été donné de vous voir

                        le  W  P  B

m'a refusé  l'allocation  du  papier  nécessaire

pour ce livre et quelques autres.

                        Alors : aubaine  !

Brentano's me propose de publier la ,, Collection

Hémisphères "  Je suis sauvé — grâce surtout à notre

amie Consuelo   

            et  Brentano's ne  sait pas que je ne peux

pas publier, il  le  fait  par  simple  sympathie

littéraire, ce qui rehausse le prestige d'Hémisphères -

                        Quel est mon crime ?

            Brentano's ne veut pas, pour le moment ,

de  publication  bilingue, ce  qui est  tout  à  son

honneur. Publier la,, Collection  Hémisphères " 

telle  qu ' elle  était  conçue, en  me  laissant

toute  mon  autorité, n ' est  pas  en  soi  une

chose détestable

            sauf  que vous rêviez  autre  chose,  et

moi aussi.

            Peut-être pourrai-je  encore le convaincre

à  faire  l ' édition  bilingue  ?   (  La  traduction

est prête )

            Mais  tout  cela  n ' a plus aucune valeur

pour  moi,  si vous m ' abandonnez.

            Une seule chose m ' importe :

                        La Pureté de la Poésie

(S.D.d.V.)

10 mai 1944 : double lettre manuscrite de Goll à André Breton

Brooklyn 10 mai 1944

Cher Ami,

Moi qui ai créé Hémisphères tout seul, sans l’aide de personne, pour maintenir mon entière intégrité,

Ne voyant devant moi que la pureté de la Poésie et mon enthousiasme pour André Breton,

Moi qui sur les 180 $ que je gagnais par mois à l’O.W.I. en portais 100 à l’imprimeur,

Moi qui ai fait une existence de pauvre à Claire, toujours malade, au profit de la poésie,

Moi qui ce matin ai vu l’électricité coupée dans mon appartement meublé, pour ne pas avoir payé une facture de $ 9,30,

Vous me dénoncez comme usurpateur chez les uns,

Vous m’accusez d’abus de confiance chez les autres, vous minez Hémisphères dont il y a peu de temps encore vous faisiez l’éloge

Vous ruinez tant d’espoir

Pourquoi ? Pourquoi ?

                                        Yvan Goll

(S.D.d.V.)

11 mai 1944 : lettre manuscrite d'André Breton à Goll

                                   New York 11 mai 1944

            J’ai conscience de ne me livrer

à aucune activité systématique contre

vous. Simplement vous m’avez mis

dans l’obligation de défaire un

certain nombre de liens que vous

aviez jetés autour de moi : un projet

d’anthologie auquel vous savez fort

bien que je n’avais pas adhéré sous la

forme qu’il était en train de prendre,

une préface que vous m’avez pressé

d’écrire pour une édition anglaise

— le Cahier en français s’en passant fort bien

— et que je vous ai laissé reproduire

sur vos instances dans Hémisphères

bien que ce ne fût pas sa place

à mon sens. Je ne vous ai jamais

caché que j’étais contre cette façon

de disposer de moi sans mon total

agrément. Ceci dit je ne ruine rien

et ne me propose de rien ruiner de

ce que vous pouvez entreprendre, dans

quoi je vous prie seulement de ne

pas m’inclure. Qu’y puis-je, vous

demanderai-je à mon tour, si je ne

suis pas parvenu, malgré mes efforts,

à lever un certain maléfice qui

pèse depuis tant d’années sur nos

relations ?

                                   André Breton

Lettre d'Yvan Goll à Alain Bosquet du  18 mai 1944 sur papier Hémisphères

                                                                                                                                                                                                                                                                                                           May 18, 44.

                                                                                                                                                          Mon cher Alain,

              Ta lettre d'Europe m'a paru plutôt

morose, malgré les parfums beaucoup plus

authentiques de vos  primeroses. (Nulle

intention de rimer.) Mais ta lettre est

déjà vieille, et je soupçonne qu'un furlow

à Londres t'a changé des idées. Il se peut

même que tu sois allé à la librairie

Zwemmer et que tu y aies vu les coucous

de notre couverture.. Je viens d'apprendre

que tous les numéros sont vendus, et j'y

envoie aujourd'hui une nouvelle cargaison,

ainsi que Syncopes et l'Image.

      Peut - être y as - tu aussi vu Fontaine :

le No 32 comprenait le Poème à l'Etrangère

de Perse, sans la moindre mention d' HEMIS-

PHERES.  J'ai envoyé une lettre furieuse à

Fouchet,  qui m'a câblé que Perse avait

donné son autorisation. Puis, les Nos 33

et sans doute 34 rectifient ce malentendu,

m'annonce - t - il.

    Ici rien de changé depuis ton départ.

(Sauf les headlines). Le numéro 4 sera splen-

dide,  mais  avec moins  d'unité  que le pré-

cédent. Il y aura entre autres :

              Trois dialogues de :

              Alain Bosquet,

              Jean Malaquais,

              Denis de Rougemont

et des poèmes de :

              Duits (très beau),

              Bosquet (très violent et puissant)

et quelques américains inconnus (enfin).

       J'entends qu'il y a une grande effer-

vescence poétique à Londres.T'en es - tu

aperçu  ? (Je parle de Londres, parce que

je crois  que Goffin  a  reçu  de  toi une

lettre de là - bas ?).

         Nous retournerons cet été à Peter-

borough, ce qui ne gênera en rien les

Hémisphères de se rencontrer

                    Le plus beau sourire de Claire    

                                      et les affections amicales de ton                                                                                                                               Yvan 

B.L.J.D.  Ms 47302 - 8

Bosquet à Yvan Goll, 22 mai 1944

Quelque part en Angleterre,

                                                 le 22 mai 1944.

                                      Mon cher Yvan,

                          As - tu reçu ma lettre d'avril ? Comme tu le vois j'ai quitté la           verte Irlande et suis maintenant        dans la froide et morne Angleterre.   J'ai passé quelques jours à Londres, émerveillé par l'animation qui y règne et les intrigues qui s'y trament. Des gens venus de Paris quelques heures auparavant m'ont appris sur la France des choses pénibles. Le mouvement littéraire à Londres est suivi avec enthousiasme. Il faut absolument que tu t'arranges de façon qu'Hémisphères  y soit plus connu, et même distribué. Fontaine s'y vend dans tous les kiosques à journaux. (Le n° 32 contient la Lettre à l'Etrangère, sans mentionner Hémisphères.)

              J'ai eu en mains les journaux du maquis et les Cahiers de la Libération : passionnant ! Comment va la revue ? Où en est le numéro 4  ?  As - tu publié tes élégies, et Jean sans Terre ? Et Césaire et Sartoris ?

                                 Tiens - moi au courant, je t'en prie. De mon côté rien de neuf : routine, ennui, monotonie.

                                                 Bien chaleureusement à

                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Claire et à toi

                                                 ton

                                                                 Alain      

Ms 615 Goll 510.324

extrait d’une lettre de Goll à Henry Miller du 31 mai 1944

(propriété de l’Université de Californie,  Los Angeles,  Department of special collections ; ne peut être reproduit en tout ou partie sans l’autorisation du bibliothécaire de l’Université):

«… Peut-être n’avez-vous pas reçu la lettre que je vous ai adressée en mars en réponse à votre missive courroucée …voici ce que je vous disais : 

1) Je plaidais coupable pour l’omission des premières pages de "Vive la France" pour manque de place.

Je plaidais non coupable pour l’omission de la fin,  due à l’imprimeur qui escamota incontestablement le dernier Galley. Je vous offrais en compensation la nouvelle qu’une revue d’Alger voulait publier une traduction française du chapitre en question,  je vous en demandais l’autorisation,  en ajoutant que j’insisterais pour que ce soit l’intégrale du texte traduit.

Voilà :  et je suis toujours sans réponse. Ceci m’afflige. Je voulais encore vous dire que j’ai parlé de votre oeuvre à un éditeur français d’ici,  qui prépare déjà de futures Editions pour la France. … vos livres devront être parmi les premiers à être traduits et offerts au public avide de connaître les grands Américains. Je vous demande ici formellement l’autorisation de m’occuper de ce travail.

            Toujours fidèlement votre

                                   Yvan Goll

10 juin 44 : Alain  à  Yvan

   

P.F.C. Anatole Bisk (Alain Bosquet) 

ASN. 32427288

Headquarters Detachment

Supreme Headquarters Allied Expeditionnary Force

A.P.O. 757

c/o Postmaster, NewYork, N. Y.

                                   Angleterre, le 10 juin 1944.

                                               Mon cher Yvan,

  Tout d'abord excuse ce papier, qui n'a de l'espérance

que la couleur acide. Je reçois ta lettre du 18 mai,

qui m'apporte, tant attendu, un signe de vie de toi.

Elle est remplie de coïncidences.Tu me parles de Zwemmer.

J'y suis allé hier matin, et ai parlé naturellement

d' Hémisphères. Il m'a dit qu'il avait vendu tous

les exemplaires que tu lui avais envoyés. Il ne deman-

de pas mieux que d'en recevoir davantage, si c'est

par paquets de 5. Pour une quantité plus grande,

il lui faudrait une "licence" ce qui entraînerait

force démarches et difficultés.

Tu me parles de "Fontaine" et te plains de la légèreté

qu'a montré Fouchet à reproduire le poème de Perse.

Si tu t'en souviens, je te faisais part de mon indignation

à ce sujet dans ma lettre de mai (qui a dû croiser

la tienne.) Oui, je le répète, il est grand dommage

qu' Hémisphères soit introuvable à Londres, alors

que Fontaine se vend dans les kiosques, que les

Cahiers de Libération garnissent tous les étalages

et que Pour la Victoire sert de cornet à frites.

       Je suis heureux d'apprendre les choses que tu

me dis sur "Hémisphères" numéro 4: j'en suis à la fois

fier pour toi et pour moi. Ma seule raison de mécon-

tentement est que tu ne me confies rien sur tes écrits,

ni sur les poèmes que tu composes.

            Que te dire sur moi ? La grande bataille

vient de commencer. Tout n'est en fonction que

de cela. Il va falloir se battre, de toute la

ténacité qu'on possède. Il ne s'agit de rien de

moins que de sauver l'Europe, en la rasant,

en tuant les victimes de la libération. Sans

doute tel est le destin de la reconquête. La

défaite a coûté à la France plus de honte que

de morts ; la liberté va lui coûter plus de morts

que de joies. Une nouvelle liberté bâtie sur des

ruines et des deuils aura d'elle-même une bien autre

conscience, une bien autre exigence.

      Qu'au milieu de ce drame je sois moi, dans

une grande ville, bien à l'abri, cela n'est qu'un

incident négligeable, où je joue le rôle du

monsieur conscient de sa sécurité et de sa

lâcheté. Si je m'embusque, ce n'est que par le corps.

Mon esprit essaie de ne pas s'embusquer. D'ailleurs

tôt ou tard - il y a des chances que ce soit tôt -

je rejoindrai les combattants.

      Si je prétends que mon esprit gigotte encore,

cela ne veut pas dire que je ne ressens pas les

coups que me porte mon état de relative

servitude. Je perds ma fraîcheur, c'est-à-dire

ma poésie... au profit de quoi ? Un peu plus

de dureté dans ma raison et mon incohérence.

Ce que j'écris, ce sont des notes.

            Ma position actuelle (malgré le manque

de rang) est fort enviable, quoique précaire ;

le travail extrêmement intéressant et d'une

actualité sur laquelle je ne puis hélas m'étendre.

Londres est passionné, gai, international. Les Anglais

sont mielleusement polis, les Anglaises avides

de verges américaines, pleines de vitamines.

   Je terminerai en te posant les mille questions

habituelles : des détails sur toi, sur Hémisphères, sur

Jean sans Terre, sur Elégies d'Ihpetonga, sur le bouquin

de Césaire, sur tout ce qui concerne la poésie en

Amérique... et dont je suis tout à fait coupé.

            Je te quitte en te redisant combien ma

poignée de mains est chaleureuse, comment je

suis toujours là.

                                   Ton Alain

Mes amitiés à Claire.

P.S.. Donne-moi des directives précises sur

Hémisphères... si les hasards de la guerre veulent

que je sois encore ici, je ferai ce que tu me diras,

dès que la revue sortira veux-tu me l'envoyer à l'adresse ci-dessus.

Ms 615 Goll 510.324

Lettre de Goll à Henri Miller  15 août 44 :

                                               136, Columbia Heights

                                               Brooklyn 2, N. Y.

            Mon cher Henry Miller,

            15 Août,  Jour de l’Assomption,  fête toujours sacrée en France,  zénith de l’été et de l’espérance — Jour de Libération cette année,  les Alliés ayant débarqué ce matin entre Toulon et Saint-Raphael,  voulant apparemment libérer les îles de Beauté et les ports de l’Esprit …

            Heureuse coïncidence que votre lettre me parvienne ce matin-même,  puisque je connais peu d’Américains et même de Français qui adorent la France aussi follement que vous,  Henry Miller.
            Cette lettre vient à point pour l’invasion du midi de la France,  mais hélas un peu tard pour Hémisphères IV. Vos suggestions me paraissent pourtant bien alléchantes. Cette "Visite à Lourdes" après Münich m’intéresserait,  mais s’il faut demander les droits à Fraenkel,  à Mexico,  cela me coûterait des semaines … Il serait plus facile de m’adresser à Miss Lederer qui semble être une voisine à Pierrepont St.,  mais vous avez oublié de me donner le numéro de la rue et du téléphone.… Merci pour vos autres suggestions,  mais vous ne semblez pas vouloir comprendre que je cherche pour H. du totalement inédit,  et je n’ai aucune envie de demander à Pierre ou à Paul la "permission de reproduire". Quant à Wallace Fowlie,  il vient de m’envoyer un essai "Nerval : the Poet’s Uncrowning".

            Ne m’aviez-vous pas parlé d’autres textes brûlants et incendiaires de vous,  inédits à ce jour ? 

            Quant à l’éditeur dont je vous avais parlé,  il est à coup sûr,  comme vous l’avez bien deviné,  plutôt un grand con qu’un grand éditeur. Après ce que vous m’avez raconté de vos expériences avec les réellement grandes firmes françaises,  je préfère m’abstenir de ce guêpier.

            Il en est autrement pour les revues ; j’apprends à l’instant que FONTAINE (43 rue du Lys du Parc,  Alger) annonce la parution prochaine de "Vive la France". Si je peux trouver un numéro ici à New-York,  je vous le ferai parvenir. Je vous envoie aussi par ce même courrier un petit livre de moi,  " Lucifer Vieillissant ",  qui vient d’être réimprimé au Canada.

Fraternellement vôtre

SdDV

                                                           1945

28 juillet 1945 lettre de Goll à Oscar Roos

                                                                                                                                                                                                                                           Mac Dowell Colony

                                                                                                                      Peterboro

                                                                                                                      28 juillet

Samedi matin

                                   Mon cher Oscar,

            Je sors de l'hôpital de Peterboro:  j'y suis entré mercredi à 9 h.        A 11h. j'ai reçu mon premier shot de Pénicilline,  puis strictement toutes les 3 heures,  jusqu'à hier vendredi soir.         

Aussi la nuit !  Quel traitement fatigant !  Etre éveillé toutes les 3 heures ; à la fin,  je ne dormais plus. J'ai tout le derrière comme une passoire.

            Hélas,  traitement me semble-t-il,  tout négatif. Aucun changement dans mon état,  sinon au pire. Je commence à réaliser que je suis dans un état très grave. Mes lympho-glandes n'ont pas la moindre tendance de décroître. Et un docteur m'a dit qu'il ne fallait pas y songer.

            Des rayons X,  non plus,  on ne peut espérer des miracles !  J'ai peur de m'y soumettre,  ici dans ces régions. Je me demande pourquoi le Dr Vogel n'a pas pris la chose plus au sérieux. Parce qu'il partait en vacances ?  Parce que c'est un cas désespéré ?

            Je suis obligé de me rendre à New-York pour deux jours,  le 7 et le 8 août. Je te verrai. Et je voudrais avant tout me faire les trois dents qui sont supprimées par mon dentiste. Dis-moi,  puis-je me soumettre à cette opération sans danger ?  Dans l'état actuel de mon sang ?

(Plus on attend,  pire ce sera !)

Je prends rendez-vous avec mon dentiste pour le 7 à 3 h. Il habite 79 St..

Ensuite je viendrai chez toi à 5 h.

Pourrai-je par hasard passer la nuit du 7 au 8 chez toi ?

            (Si ta famille est encore à Long Beach ?)

J'ai une peur horrible du métro jusqu'à Brocklyn,  après l'opération du dentiste,  et de rester seul la nuit !

lettre de Goll New York à Salvador Dali du 21 novembre 1945

136 Columbia Heights                       21 novembre 1945

Brooklyn  2, N Y

Main  5 - 0475

Mon cher Dalilith,

            Après une longue absence de plus de 2 ans,

je retrouve votre Sein-Royaume

            Le sein gauche de Gala est votre

mont Sïnaï.

            Mais, où est le Sein Coupé de l'Amazone ?

            Amazon, Androgyne,  connaissez-vous

Lilith l'Androgyne ?

            Mythologie à vous faire dresser les seins.

            Lilith, divorcée d'Adam, Fille du Vent,

sur un cheval de feu, attaque les dormeurs.

            Cette fille de la Magie demande à être

ressuscitée.Elle manque dans votre Pandémonium.

            J'ai une plaquette de vers, avec des poèmes

sur Lilith, les Cercles  Magiques, l'Atome, où

se trouvent les mêmes fétiches que les vôtres :

le Sein, l'Oeil, Cercles Magiques, Atomica

Melancolica

            Voulez-vous l'illustrer un peu ? Sous presse,

à paraître très prochainement.

       „Jean sans Terre” avec votre dessin, paraîtra

aux Editions de l'Arbre (Montréal) Excusez le retard.

Lettre incluse

            Je caresse le Sein droit de Galilith

                                               Yvan Goll

SDdV 540.315

autre version (brouillon pas envoyé)

                                   21 novembre 1945

Mon cher Dalilith,

            Après une longue absence de plus de deux ans,

je retrouve votre Sein-Royaume

            Le sein gauche de Gala devenu votre

Mont Sïnaï.

            Mais combien plus émouvant le Sein Coupé

de l'Amazone, caché par quel artifice ?

             Androgyn,  connaissez-vous Lilith ?

Lilith l'Androgyne ? Voici une mythologie

qui fera dresser tous vos seins.

            Je viens justement d'écrire un poème

„Lilith”,et un autre poème „Atom Elegy”

où il y a cette atmosphère, atomica melancolica

de votre tableau.

            Nos vibrations, ont semble-t-il, la

même longueur d'ondes : le Sein, l'Oeil,

le Cercle Magique : vos fétiches.

            J'allais justement publier une plaquette

„Atom Elegy” (écrite en anglais) avec des

reproductions de dessins de l'ancienne

Magie. Mais si mes vers vous inspirent,

je pourrais utiliser quelques uns de vos dessins ?

SDdV 540.315 (3)