1949

Alain, Berlin à Yvan et Claire 6 avril 1949

Anatole Bisk (Alain Bosquet)

Liaison and Protocol Section O.M.G.U.S.

APO 742 % U. S. Army

Berlin , Allemagne

                                                             Berlin , le 6 avril 1949.

                          Mes bien chers Yvan et Claire ,

              J ' ose espérer que vous allez bien ,  que  la

santé d'Yvan s'améliore, que votre situation générale

laisse moins à désirer. Revenu à Berlin , je me suis

précipité la tête la première dans le travail strictement

administratif qui m ' attendait et qui était des plus

encombrants.

              Je me suis mis en rapport avec Dietz Verlag ,

qui m'a répondu que "Education barbare "[1] ne pouvait

pas être publié en Allemagne, le pays n'étant pas assez

mûr pour ce genre d'ouvrage ! Que faire ? J'attends les

instructions de Claire.

                   Une nouvelle réforme monétaire interdit aux

Berlinois de l'ouest de se servir de marks orientaux , ce

qui fait que tout le monde est sans le sou.  "  Journal  " 

sur quoi j ' avais fondé beaucoup d'espoirs vient de

faire faillite.

              J 'ai passé tous mes manuscrits  à  mon ami

Alexander Koval qui va étudier la  possibilité  à la

fois à l ' est et à l ' ouest. Le journal de mode dont

j'ai parlé à Claire sortira la première fois dans 2 ou

3 mois : il faut donc attendre aussi de ce côté  -  là.

Je suggère que Claire écrive à SIE (voir ci - inclus) :

c'est une sorte de " Marie - Claire " ; ils ont de l'argent,

et il n ' est pas impossible qu' ils s' intéressent à une

chronique  parisienne.  Je renverrai  à  Claire des  ex-

emplaires de ses manuscrits aussitôt qu' ils  seront  re-

copiés.

              Portez - vous bien , et merci mille fois de vos

bontés et de vos démarches.  Je vous tiendrai au cou-

rant.

                                                 Bien affectueusement

                                                                                     Alain

Ms 615 Goll 510.324 - 152

            Alain, Berlin à Yvan le 24 avril 1949

Anatole Bisk (Alain Bosquet)

Liaison and Protocol Section O.M.G.U.S.

APO 742 % U. S. Army

Berlin, Allemagne

                                                                                                                                                                                Berlin, le 24 avril 1949 .

                                   Mes bien chers Yvan et Claire,

               La santé d' Yvan, je l'espère de tout coeur, s'amé-

liore, et vos difficultés, je l' espère aussi, se dissipent .

              Je voulais simplement vous dire que mon éditeur

a trouvé " Tagebuch eines Pferdes " fort intéressant, et

qu'il aimerait voir les illustrations de Chagall. Les espoirs

de ce côté-là sont nombreux . Mon ami Koval va aussi

distribuer les copies des poèmes d' Yvan que j' ai fait

faire. Je suis certain qu'avec de la persévérance les résultats

viendront . Dès que les autres nouvelles de Claire seront

tapées, je ferai le nécessaire, bien que Koval et Henssel

ne s ' intéressent qu' au " Tagebuch " parmi les écrits en

prose . Je vous tiendrai au courant .

                                   Je vous souhaite mille bonnes choses

                                   et vous embrasse affectueusement

                                                                                                                                                                                                                                           Alain

Ms 615 Goll 510.324 - 154

- 25 avril : les communistes chinois occupent Nankin et Shanghai

- 26 avril : l'Agence Tass informe que l'URSS lèvera son blocus de Berlin quand les Alliés occidentaux accepteront de lever leur contre-blocus.

Yvan, Paris à Bosquet, Berlin, 29 avril 1949                                                                                                                                             HOTEL PALAIS D' ORSAY

                                                           9, QUAI ANATOLE France                                                                                               PARIS

                                                                                  29 avril 1949

                                                           Mon cher Alain

                                               Si j' ai tardé à répondre

            à tes deux lettres, c'était dans l' espoir de te

            donner une ou deux réponses précises au

            sujet de ton manuscrit : et en effet,

            Gallimard nous l' a renvoyé hier, tandis

            que la " Nef " n' a pas encore donné de

            ses nouvelles.

                        Quel est le résultat de tes propres

            tentatives ?

                        Il est bien compréhensible que du

            côté allemand tout soit en suspens ;

            il n' y  à rien à espérer de votre zone.

            Döblin, par contre, va publier quelques

            nouveaux poèmes du " Traumkraut " et

            m ' a aussi indiqué quelques éditeurs.

            Il faudrait donc peut-être mieux que

            tu me renvoies mon manuscrit.

                        Quant à Claire, elle t ' écrira ces

            jours-ci. 

                Il me semble que le blocus de Berlin

            va être levé ?    Attendons pour voir.

            Ma santé est assez satisfaisante pour

            le moment et me permet de m'occuper

            de la publication prochaine  de

            l ' Elégie d' Ihpetonga, révisée et

            très agrandie.

                                               Ever yours

                                                           Yvan

B.L.J.D.  Ms 47302 - 27

-5 mai : le Conseil de l'Europe est officiellement créé à Londres, il siégera à Strasbourg. Bonn est choisie comme capitale de la RFA le 10 mai ; le 11, Israel est admis à l'ONU où les négociations sur la levée du blocus soviétique aboutissent le 12 mai.

Alain, Berlin à Yvan le 5 juin 1949

A. Bosquet

Liaison & Protocol Section

O.M.G.U.S.

APO 742 % U. S. Army

                                                                                                                                                                                            Paris, le 5 juin 1949 .

                        Mes  chers Claire et  Yvan,

                        Tout à l' heure je n' ai pas pu vous atteindre

            au téléphone, et je m'en vais dans très peu d'instants.

                        Inutile de vous dire que j ' ai été heureux de

            vous revoir, ne fût-ce que l' espace d' une heure .

                        J ' ai lu tout de suite " Le Char Triomphal de

            l ' Antimoine ", renouvellement qui m' étonne et me

            ravit. J ' en aime surtout " Le grand oeuvre ", "Le

            semeur d'hexagones", "L' oeuf philosophique" et cette

            très mélodieuse "Rose des roses" qui rappelle plusieurs

            poèmes de " Traumkraut " .

                          Merci aussi des lithographies de Chagall ;

            j' espère qu' elles serviront à décider l' éditeur .

                                   A bientôt .           Je vous embrasse

                                                                                  Alain

Ms 615 Goll 510.324 - 155

Robert Ganzo à Yvan Goll

24 juin 1949

Mon cher Yvan,

J'ai lu et relu ton livre. C'est, pour moi, un grand plaisir de le voir paraître. "Les mots sont de luisantes haches ". Et tes haches, à toi, sont d'une intelligence rare.

Voici les sonnets les plus beaux avec une demi douzaine d'autres laissés par ceux que  nous pourrons plus oublier.

            Donc, par les racines a monté un alcool que je hais, et que d'autres après nous, vont faire.

            Mais une réserve : les illustrations. Je commence à croire que jamais, jamais ne s'est trouvé un peintre pour un poète. Toujours aux antipodes ou approximatif, ce qui revient au même.

Tu ne peux savoir les ennuis que j'ai avec "le" papier. Mais j'espère que j'en aurai bientôt fini. Embrasse Claire.

Je suis affectueusement ton

Robert Ganzo

SdDV : 510.216

- 26 juin : Pierre Sabbagh se voit confier la responsabilité du premier Journal télévisé.

- 14 juillet : Saïgon, 22 morts et 118 blessés à l'occasion de la fête nationale française. Le 16, offensive française contre le Viet-Minh au Tonkin et le 19, le Laos devient indépendant dans le cadre de l'Union française.

Yvan, Paris à Bosquet, Berlin, 21 juillet 1949

                                                                                                                                                                                                                      Paris 21 juillet 49

                                                           Palais d' Orsay                                                                                                                               7 quai d' Orsay

                                   Mon cher Alain

                        Je te remercie des 3 exemplaires de l' édition

            allemande de St John Perse, où j'ai beaucoup admiré

           ton évocation lyrique du poète à côté des études déjà

            connues de Caillois et Mc Leash.

                               Cette semaine vient enfin de paraître, Kurz

            vor Torschluss, l' Elégie d' Ihpetonga, avec les 4 lithos

            de Picasso, parallèlement avec le vernissage de 50

            nouveaux tableaux de P. à la Maison Française, plus

            étonnants, plus renversants les uns que les autres.

            L' exposition restera ouverte jusqu' en septembre ; tu

            auras peut-être l' occasion de la visiter.

                        Tu ne reconnaîtras pas l' Elégie totalement

            refondue et se composant maintenant de 10 parties.

            Malheureusement, il ne m'est pas possible de te l'offrir,

            pour des raisons que le prospectus inclus t' indiquera !

                        „Le Char Triomphal” ne semble d ' ailleurs pas

            t ' avoir fait  un  plaisir fou.  Tout  ce  que  tu  as  su

            en dire, dans ta froide lettre d' adieu, n' était qu' une

            énumération de titres.

                               Il me semble d' ailleurs de plus en plus,

            que, sous l' influence de Roditi, tu te sois détaché

            de moi. Depuis que tu publies en Allemagne,

            tu  as  trouvé le moyen  de  ne  jamais mentionner

            mon nom et de m ' éliminer de tes éditions.

                                   Je vais partir pour la  Lorraine  qui,

            j ' espère, ne  me  portera  pas  malheur  comme

            l ' an dernier.

                                   Mille choses de Claire et de

                                                                                              ton Yvan

B.L.J.D.  Ms 47302 - 28

Alain, Berlin à Yvan le 2 août 1949

Alain Bosquet

Liaison & Protocol Section

O.M.G.U.S.

APO 742 % U. S. Army

                                                                                                                                                                                                        Berlin, le 2 août 1949 .

                                                                                             

                                               Mon cher Yvan,

                                   Je te remercie de ta lettre du 21 juillet,

               qui m'apporte la bonne nouvelle de la parution

               de l ' Elégie d ' Ihpétonga,  parution éclatante

               entre toutes . Si j' en connais et aime les textes,

               en partie, je regrette néanmoins beaucoup de

               ne pouvoir souscrire un exemplaire pour l ' ins-

               tant, ce que je ne manquerai pas de faire dès

               que mes moyens me le permettront .

                            J ' ai eu plusieurs " tuiles " successives

               dont  des  ennuis  de famille  qui  m ' obligent

               de  faire  un  saut  d ' un mois à New York,

                ce  septembre  qui  vient . Ma position est

                on  ne  peut  plus  précaire ici  du fait que le

                State Department, qui reprend à son compte

                l'administration du War Department, considère

                comme indésirables les fonctionnaires qui sont

                citoyens depuis moins de dix ans .

                                   Mes aventures littéraires elles aussi vont

                mal . Si  le  St.  J. Perse  a  pu  sortir  après  14

                mois de tergiversations de toutes sortes, il n'en est

                pas  moins  vrai  que  sa  vente  est  à  peu  près

                nulle . L' anthologie du surréalisme que Henssel,

                mon éditeur, s ' était engagé  à  sortir  cet été,

                dort du sommeil du juste . Henssel est  sur  le

                 point de faire faillite, comme tous  les  autres

                 éditeurs  littéraires  de  Berlin, et  ne  publie

                 plus qu' à compte d' auteur. Ni lui, ni 3 autres

                 éditeurs, n' ont pu me donner une réponse

                 affirmative  au  sujet  du  " Tagebuch  eines

                 Pferdes "  de  Claire, bien qu ' ils  aient  été

                 intéresses par le texte et les illustrations,

                 " en principe " ! Il faut attendre que la crise

                se dissipe .

                               Tous ces déboires, joints aux insuccès

                répétés  que  j ' essuie  à  Paris depuis quelque

                temps t ' expliquent  le  marasme  moral 

                je patauge .  Ecrire  devient  un  supplice

                auquel  on  se  voue  par habitude ou paresse .

                En poésie, j ' hésite  entre  le  vers  libre  et  le

                vers régulier : je trouve le premier trop indisci-

                pliné  et  le  second  trop  fallacieux .  Et  je

                continue d ' avoir peur de la prose - Que faire ?

                Il me manque la conviction, la foi ; peut-être

                est - ce  la  solitude  et  le  dénuement  total

                qui  seuls  pourraient  me  forcer  à  écrire

                vraiment .

                             Excuse-moi de t ' ennuyer avec ces

                 caprices et ses sautes de baromètre .

                                               Je vous embrasse affectueusement

                                               Claire et toi                                                                                                                           Alain

Ms 615 Goll 510.324 - 157

3 sept. 1949 lettre d'Yvan à Henry Miller

" Je viens d'écrire les seuls poèmes qui comptent dans ma vie. En voici un petit échantillon."

Yvan, Paris à Bosquet, Berlin, 5 septembre 1949

                                                                       HOTEL PALAIS D' ORSAY

                                                                       9, QUAI ANATOLE France                                                                                              PARIS

                                                                                     5 Sept 49

                                                 Mon cher Alain

                                      Ta dernière lettre était,

  comme d'habitude pessimiste et silencieuse.

Tu m ' y  parlais  de  la  situation  économique  en

Allemagne, comme  si  celle - ci était  à  la  base

de  tes  états  d'âmes  et  de  mes  soucis. " Deine

Sorgen möcht' ich haben  "....

       Silencieuse, par ce qu'elle éludait, comme

d ' habitude, les  vraies  questions  qui  nous pré -

occupent    toi  et  moi .  Je t ' ai  fait  plusieurs

reproches, dans ma lettre précédente, auxquels

tu évites de répondre.

                Je  veux  y  ajouter  un  autre : tu  te

lamentes  parce  que Henssel  laisse dormir

dans ses tiroirs ton anthologie surréaliste.

Au fond, qu' est - ce que cette anthologie sur-

réaliste, dont, lors de tes dernières visites, tu

n ' a  jamais  cru  devoir  me  révéler  la

constitution ? N' y aura - t - il vraiment que

des surréalistes purs, donc ni Ponge, ni

Michaux, ni St John Perse par exemple ?

Et si ceux - ci  y  figurent, ce ne sera plus

une anthologie surréaliste, mais une A.

de la nouvelle poésie française, et alors  -

pourquoi pas Yvan Goll  ?

              Plus  de  silences  gênés  mon

vieil Alain !  Plus  de  subterfuges !

Heraus mit der Sprache  !  Roditi, qui

m'en veut pour plusieurs raisons et qui

est devenu  ton  mentor  totalitaire,

t ' a dit  que  Goll  ne vaut plus rien.

              Mettons que Jean sans Terre ne

soit pas à la hauteur. Mais la  "Roche

Percée"  ? Et le  " Char "  dans lequel toi

tu sembles répugner de monter, comme

dans un vieux fiacre ?     Et    enfin

l ' Elégie d'Ihpetonga, qui serait depuis

longtemps  à  ta  disposition gratuite,

si  tu  en  avais  montré  un  peu  plus

de curiosité ?

     Ta dernière visite, farcie de silences

et de mi  -  mots, m'avait laissé haletant.

  Je veux que tu me regardes franchement

en  face  !     Une  si  ancienne  amitié

m' y autorise.

  En attendant, lis cette interview[2] qui

te fera dérider

                          bien amicalement ton

                                                 Yvan Goll

B.L.J.D.  Ms 47302 - 29

Paul Celan à Yvan Goll, lettre, Paris, 27.9.1949, envoyée à Paris.

Dans la première lettre qu’il adresse à Yvan Goll, le jeune poète Paul Celan : „Un homme auquel je dois beaucoup, Alfred Sperber, un poète allemand vivant en Roumanie, m’a beaucoup parlé de vous [...].“62  à traduire

Barbara Wiedemann, Paul Celan - Die Goll-Affäre. Frankfurt am Main, 2000, page 16.

- 15 septembre : Adenauer devient le premier Chancelier de la RFA.

- 23 septembre : Truman annonce que l'Union soviétique a expérimenté

une bombe atomique ; l'explosion a eu lieu le 14 juillet dernier.

Alignement des monnaies pour la plupart des pays bénéficiant du Plan Marshall, le franc a dévalué de - 20 % par rapport au dollar.

Alain, Berlin à Yvan le 27 septembre 1949

              Alain Bosquet

Liaison & Protocol Section

O.M.G.U.S.

APO 742 % U. S. Army

Berlin , Allemagne

                                                 Berlin , le 27 septembre 1949.

                                                 Mon cher Yvan ,

              Ton avant - dernière lettre avait été nerveuse ,

et j'avais  cru à une humeur passagère. Ta dernière

lettre, au contraire, me révèle que la crise est sérieuse

et profonde. Je dois tout de suite te dire que ta sincérité

m'honore, et que je te suis reconnaissant de me faire

des reproches sans te soucier des apparences ni des formes.

Il ne faut pas , en effet , que des ombres subsistent

entre nous. Ta sincérité appelle la mienne. Je veux ,

en guise de bilan  -  quelque froide que puisse être

une analyse de ce genre  -  essayer de te répondre.

              Je ne me crois pas assez "femme "(ou "enfant",

si tu préfères) pour me laisser influencer au point de

perdre tout jugement. La collaboration qui est née

entre  Roditi  et  moi  était une sorte  de " mariage de

convenance" qui s'exprimait dans le domaine journalis-

tique  plus  que littéraire, administratif  plus qu' intel-

lectuel. Je n' ai jamais partagé ses goûts , et il  n' a

jamais  considéré que  mon intérêt  pour  les avant -

garde était fondé. Cette collaboration tire d'ailleurs

à sa fin ; Roditi s'en va à Bonn , et je reste à Berlin.

Il ne t'en veut pas ; pourquoi diable t'en voudrait - il ?

Je crois que tout simplement il te considère avec la même

froideur distante avec laquelle il parle des gens du calibre

de Supervielle , Char , Michaux etc...Mais il ne peut être

question d 'antipathie qui aille  au - delà d ' une incompa-

tibilité de goûts. Sa mollesse le rend tout à fait inoffensif,

et incapable de haine. Je le crois trop humaniste pour

s'attarder dans des sentiments excessifs.

              Que mon attitude à  moi ait été, ces dernières an-

nées, pleine de réticences, de retournements, de bouderies

même , je n'en disconviens pas. C'est là une disposition

générale  dont  il  faut  chercher  la  cause dans  mon  ca-

ractère, et non dans des raisons bien déterminées. Notre

vieille amitié m ' autorise à me  montrer  comme je  suis :

je n ' ai pas  à briller ni  à mentir en ta présence. Je suis

déçu, en général, et de la littérature en particulier. Peut -

être suis - je trop lâche pour abandonner une position

relativement confortable et tenter , une bonne fois pour

toutes , la grande aventure littéraire. Il en résulte que

depuis 1945 je ménage la chèvre et le chou , ce qui fait

que ni l' une ni l 'autre ne m'enthousiasment vraiment. 

Je suis aussi à l'âge où on se défait de sa peau d'avant -

garde et    on  revêt  tant bien  que mal  l ' habit  du

classicisme. Etre écrivain  ne  signifie plus  pour  moi ,

être poète. La prose et le théâtre aussi sont indispensables.

Peut - être   visé  -  je  trop  haut. La  poésie m' irrite. Je

ne  trouve  plus  Supervielle  que charmant , Eluard trop

éluardien , et même  la magnifique  éloquence de Perse

me fait regretter la forme classique. Il va sans dire que

rien  dans  mes propres poèmes ne me satisfait au delà

de l ' enthousiasme initial. Dans ces conditions , ma

confiance dans la poésie étant ,  malgré moi , fonction

de sa  précarité  dans  un monde    le verbe  ne joue

qu' un rôle fallacieux , il est évident que tes poèmes

m ' apparaissent sous un jour désespéré. Je voudrais

vivre de poésie , mais au milieu de gens qui l'étouffent,

je  ne  peux que la  plaindre. J' ai toujours considéré

que  tu  méritais  mille  fois   plus  que  ta  modestie

n' exige elle - même. Tu es un poète véritable, ce qui

à  côté  de  gueulards  comme Aragon , Loys Masson ,

Seghers , Emmanuel même (malgré ses étincelles) te

garantit  une  authenticité  qu' ils  n' auront  jamais ,

malgré les lauriers qu' ils  se distribuent les uns aux

autres. Je te place au premier rang, et je te le dis sans

flatterie ni gêne. Si j'ai pu regretter quelquefois tes

changements brusques : le vers régulier, le vers libre ,

une forme intermédiaire , la ballade , puis le poème

d' amour , puis  la  poésie  métaphysique , c'est que

ces changements me sont aussi familiers et voisins des

miens , dont je souffre et ne peux me séparer. Rien

dans la poésie française , ne me satisfait réellement

depuis Valéry. Rien dans la poésie mondiale ne me

satisfait depuis Lorca et Rilke.

  Passons aux reproches concrets. Trois de tes poèmes

(repris de la sélection de Jean Sans Terre publiée par la

Nouvelle Relève) allaient paraître dans "Das Lot " n° 4,

entourés de textes de Boris Pasternak, du grand poète

grec Karalis , de Jarry et de Jünger , lorsque cette revue

saignée à blanc par les réformes monétaires successives,

fut enterrée sans pompe ni discours. C'est consciemment

que  les  3  premiers  numéros  ne  contenaient  du  côté

français, que des géants, dont deux morts: Lautréamont,

Milosz  et  Perse. Il  ne  fallait  pas  que dès  le  début

l' on m' accuse de  népotisme. Pour ce qui est  de  tes

poèmes allemands(la remarque s'applique au "Tagebuch

eines Pferdes  "  tout aussi bien) , je t' ai  déjà  dit  que

Henssel  les  a  trouvés  fort  intéressants , mais  vu  la

situation  financière  ne  peut  guère  te  proposer  que

de les publier à compte d'auteur. Dans ces conditions,

un  recueil  de  tes  poèmes  pourrait  faire  partie de ce

que  nous  avons  appelé  " Sonderdruck  der  Schriften-

reihe Das Lot " et dont le premier volume était "Exil" de

Perse, le deuxième " Meinem Planeten zum Gedächtnis " 

de  Bosquet (je t ' en  envoie, en plus d' un  exemplaire

qui t' est destiné , 2 autres que tu pourras distribuer au

hasard  des  intellectuels  qui pourraient s ' y intéresser) ,

le troisième, sous presse: Anthologie des Surréalismes, etc.

A  propos  de cet  ouvrage, qui  est  prêt depuis 15 ou 16

mois ,  il  ne  donne  que  les  surréalistes  ayant  fait

partie du mouvement : Aragon, Breton, Eluard,Char,

Desnos, Soupault. Ceux des poètes qui ne présentent que

des  affinités  avec  le  mouvement  ne  peuvent ,  pour

des raisons d' objectivité , en  faire  partie. Il s' agit

d ' une  étude  strictement  scientifique. Ponge, Jouve,

Goll, Supervielle, Perse et d'autres poètes que le surréa-

lisme a  influencés  ou  qui  ont  influencé  celui - ci ,

sont  exclus. Cela n ' est que normal, sinon on n ' en

finirait  pas . Il s ' agit  d ' une  école  stricte , roide

et impitoyable.

              Je  ne  sais  si  ces  mises  au  point te satisfont.

Je  voulais  tout  simplement  te  réaffirmer  qu ' il

n' y  a  pas , qu' il  ne  peut  pas  y  avoir  de  réel

malentendu entre nous. Ce qui te déçoit en moi me

déçoit aussi :  cela n' est  pas  une  vaine  formule.

      J' espère te lire et te prie de croire , cher Yvan 

et  toi  aussi  chère  Claire , à  mes  sentiments affec-

tueux

                                                                         Alain

      Il va sans dire que je suis heureux , très heureux ,

des articles[3] qui t'ont été consacrés ces derniers temps.

  J' espère qu' ils  serviront à  réparer une injustice , et

peut - être à t' aider matériellement.

Ms 615 Goll 510.324 - 158/159

Yvan et Claire partent à Venise et en Suisse.. Ils seront de retour à Paris le 29 octobre

- 30 septembre : fin du pont aérien de Berlin après 277 264 vols.

- 1er octobre : Mao-Tsé-Toung proclame à Pékin la République populaire de Chine; il devient président du Comité central du gouvernement.

- 12 octobre : création de la République démocratique allemande

- 21 octobre : condamnation de tous les dirigeants du parti communiste aux USA

- 5 décembre : France, l'essence est de nouveau en vente libre.

Journal d'Yvan Goll samedi 6.11.1949 :

Paul Celan, 31, rue des Ecoles, m'avait écrit une lettre de la part de Sperber; il nous lit des poèmes de «Der Sand aus den Urnen» d'une voix inspirée et Claire et moi, nous nous accordons de les trouver admirables, purs et savants, où les ombres de Rilke et de Trakl s'effacent petit à petit devant son clair génie. "Todesfuge" notamment nous empoigne et nous émerveille.

Celan est à la fois timide et très orgueilleux. Il est convaincu, à bon droit de sa mission de poète. C'est le jeune juif de Czernowitz très raffiné.

Il avait apporté à Claire huit roses rouges, lui qui végète sans le sou dans le Quartier Latin. Nous l'avons retenu à un souper léger.

Barbara Wiedemann, Paul Celan - Die Goll-Affäre. Frankfurt am Main, 2000, page 17.

Lettre manuscrite inédite de Paul Celan à Erica Lillegg (épouse du peintre Edgar Jené) du 12.11.1949.

Dimanche dernier, j'étais chez Yvan Goll. Un vrai poète. Un être humain. Le premier que je rencontre à Paris. Il écrivait d'abord en allemand, maintenant en français principalement. (Il est alsacien). Son dernier recueil : «Elégie d'Ihpétonga suivi de Masques de Cendre», illustré de quatre lithographies originales de Picasso.

                   Voici le buisson du Verbe

                   Qui m'allume ses lilas.

J'ai mis une longue année pour le dénicher. Jean-Dominique Rey, à qui tu m'as si gentiment recommandé, par l'intermédiaire de Klaus, et qui est un âne; il avait l'adresse mais à maintes reprises, il a  oublié de me la donner. Ils sont comme ça, ici. Menteur.

Yvan Goll connaît tous les plus grands de notre époque. Rilke, Joyce, Picasso. Tous. Et en plus, il est modeste. Et très malade, anémie pernicieuse, décomposition du sang.

Connais-tu sa femme, Claire Goll ? Elle a été dans le passé, l'amie de Rilke. C'est un écrivain.

« Savez-vous, disait-elle, nous avions peur que vous soyez quelqu'un qui écrit des poésies, mais pas un poète. Mais vous êtes un poète. Un vrai. » Et Yvan Goll qui le sait vraisemblablement mieux qu'elle pense la même chose. Il me faut aussi quelqu'un d'humain, dans l'entourage. Pourquoi ai-je du attendre une année entière avant de faire la connaissance de Goll ? J'ai offert aux deux le recueil de poèmes que j'avais donné à Klaus. Maintenant, je dois le lui remplacer

Barbara Wiedemann, Paul Celan - Die Goll-Affäre. Frankfurt am Main, 2000, page 18/19.

  Journal d'Yvan Goll au 11.11.1949 :

visite de P. C. avec Friedrich Hagen

Yvan, Paris à Bosquet, Berlin, 5 décembre 1949

                                                                         Paris 5 décembre 49

                                                                         Hôtel Palais d'Orsay

Mon cher Alain

  Ta dernière franche lettre m'offrant une explication

totale, franche et toujours amicale sur les problèmes et

les récriminations de mes missives antérieures, m'est

parvenue à Florence, fin octobre, ville qui accomplissait la

pacification de mon esprit et fut témoin de la fermeture

de mes plaies. Je n'attribuerai pas à la seule Florence et

ses génies renaissants une telle métamorphose, mais aussi

et surtout à Venise, où Claire et moi avons pris pendant

quatre semaines un bain de beauté et d' émerveillement

continuel et fait une croisière scintillante sur les canaux

jalonnés de Palais de jade et de gloire ou dans les ruelles

toujours bouillonnantes d' humanité expansive.

                          J' étais en état de grâce, et ne voulus pas me

laisser submerger par de misérables réminiscences. Nous

sommes  revenus  par la Suisse si propre  et  si  prudente

(à Zurich  nous avons  lu tous les deux des poèmes qui

seront radiodiffusés le 15 Déc. à 21 h. 35) et par l'Alsace

où j'ai retrouvé une statue de lierre sur la tombe de mon

père, et par la Lorraine, où ma petite mère m'attendait

toujours, comme depuis cinquante ans.

              Rentré à Paris, mon sang tenu en laisse par tant

d'enthousiasmes, s'est rebellé soudainement et mes globules

blancs se sont multipliés jusqu'à 77000. Je suis en plein

traitement radiothérapeutique et très très faible. Les médecins

ne sont mêmes pas sûrs de l' efficacité répétée de leurs inter-

ventions....

  Pour te répondre, j'accepte toutes tes excuses. Je comprends

parfaitement qu ' il n' y a  rien  dans mon oeuvre qui puisse 

t' inciter à des fouilles et des publications rétrospectives.

J' accepte mon lot d'avoir crié sans réveiller l' écho.

       L' édition allemande de ta dernière plaquette est moins

convaincante (à mes oreilles) ce qui prouve une fois de

plus que toute tentative de traduction est une entreprise

dangereuse, et aussi que tu avais raison vis - à - vis de

mes choses.

              Claire et moi espérons te revoir à ton prochain

passage à Paris et aussi te lire en attendant

                                                                         fraternellement

                                                                                           Yvan

B.L.J.D.  Ms 47302 - 30

- 9 décembre : le gouvernement nationaliste chinois fuit le continent et s'installe à Formose ; l'ONU approuve l'internationalisation de Jérusalem.

Sur l'agenda de Claire :

9/12 : Paul

Goll entre à l'Hôpital Américain de Neuilly le 13 décembre

Journal d'Yvan Goll au 14.12.1949

à 9h arrive Claire avec Paul Celan et Klaus Demus qui veulent m'offrir leur sang pour la première transfusion.

Seul, le sang de Klaus est jugé compatible avec le mien : n° 4.

Les essais se poursuivent toute la matinée. Vers midi, Claire est obligée d'aller en taxi à Saint-Antoine pour chercher une bouteille et des seringues qui manquent.

Vers 2h commence la transfusion et dure jusqu'à 4h½.

Alain, Berlin à Yvan 16 décembre 1949

A. Bisk (Alain Bosquet)

High Commission for Germany

Office of Political Affairs

Protocol Division (Berlin Office)

APO 742 % U. S. Army

                                                                       Berlin , le 16 décembre 1949.

                                                                                                         

                                               Mon cher Yvan ,

                                    Ta lettre du 5 décembre que j'attendais avec

l' impatience que tu devines, m'apporte le réconfort espéré.

Je suis heureux , vraiment heureux , que l' ombre d' un

malentendu  menaçant  ait  été  dissipé  à  temps.    Je

suis désolé, cependant, d'apprendre que malgré les beaux

voyages , ta santé n'ait pas pu s'améliorer.

                                   La situation des éditeurs ici continue à être

désespérée. Une lueur d'espoir :  l' aide Marshall accor-

dée à des industries voisines comme l'imprimerie, le papier

etc...  Henssel , qui  devait faire faillite , continue  de

battre de  l' aile. Bref , veux - tu  me  faire  taper  tes

poèmes  en  allemand , depuis  le  début  jusqu' à Traum-

kraut. Il serait  temps  de  publier  tes poèmes  choisis ,

quelque chose  comme  un  choix s' étendant  sur  trente

années. Je ne puis rien te promettre ni Henssel non plus

mais j' estime qu' avec un peu  de  chance  la  chose  est

réalisable.

                              Je n' oublie pas Claire. Je suis en pourparler

avec Radio - Stuttgart , qui se dit intéressée à diffuser

une version radiophonique de "Tagebuch eines Pferdes".

On fera son possible.

                              A l' occasion de  la  Noël et  de  la  Nouvelle-

Année je vous adresse mes voeux les plus affectueux de

santé et d' inspiration. A  cinquante  ans  ce siècle  est

on ne peut moins humain.

                                                                       Je vous embrasse ,

                                                                                                          Alain

PS. 1) Alfred Richard Meyer, ton ancien éditeur, t'envoie ses salutations.

                2)  Inutile de faire taper Traumkraut que j'ai ici.

Ms 615 Goll 510.324 - 160

   27.12.1949, Journal d'Yvan Goll :

   Longue visite de P. C.

                                                           1950

   3.1.1950, Journal d'Yvan Goll :

   Visite de trois heures de P. C. : m'apporte un poème fait de l'après-midi

   6.1.1950, Journal d'Yvan Goll :

  P. C. avec Klaus Demus

   28.1.1950, Journal d'Yvan Goll :

    P. C. qui m'apporte un poème avec Klaus Demus

- 10 janvier : pour protester contre la présence de Formose au Conseil de sécurité, l'URSS pratique la politique de la chaise vide et le 12, rétablit la peine de mort en Union soviétique..

- 23 janvier : le Parlement israélien déclare Jérusalem capitale de l'état d'Israel.

Alain, Berlin à Yvan 29 janvier 1950

Alain Bosquet

High Commission for Germany

Office of Political Affairs

Protocol Division (Berlin Element)

APO 742  %  U. S. Army

                                               Berlin , le 29 janvier 1950.

                                                                                                         

                                               Mon cher Yvan ,

                                                                                 

            

                               Dans ma lettre précédente , je te

priais  de  m' envoyer tes  recueils  en  langue

allemande parus  depuis... depuis la  première

guerre  mondiale. En effet, les  plans  de  mon

éditeur  Henssel  se  sont  concrétisés ,   et  il

croit  pouvoir  mettre  à  son  programme  un

choix  de  tes  poèmes , jusqu' à  Traumkraut.

             Les  dernières  nouvelles  de  ta  santé

m' avaient  inquiété ; je  forme  les  voeux  les

plus sincères  pour ton rétablissement  prompt

et complet.

                        Je compte aller passer un mois à New -

York , en avril prochain.

                        Bien  affectueusement  à  Claire  et  à

toi,

                                   Alain

Ms 615 Goll 510.324 - 162

- 7 février : Georges Bidault forme un nouveau ministère et le Roi des Belges, Léopold III, refuse d'abdiquer en faveur de son fils.

Yvan, Paris à Bosquet, Berlin, 9 février 1950

                                                Paris , 9 février 1950

                                                           Mon cher Alain ,[4]

                        Tu n' imagines pas quelle joie m'avait faite

ta lettre du 16 Décembre(qu'est venue encore renforcer celle

reçue il y a une semaine environ). Et tu t' es demandé

pourquoi je  ne  répondais pas  à un geste aussi amical , et

à ta proposition si tentante.

                          C' est tout simplement parce que j' étais entré

à l'Hôpital Américain de Neuilly le 13 décembre et que j'y

suis encore ! Tu  es  déjà habitué  aux tableaux  de mes

numérations globulaires, eh bien voici le dernier , avant

mon entrée à l'Hôpital : 1 650.000 globules rouges,

75.000 blancs, 95 % lymphocytes alors qu' en été dernier,

j' avais encore : 2.800.000 rouges , 30.000 blancs ,

75 % lymphocytes.

Je crois  que  ces  chiffres  désastreux sont  survenus  après

une série de rayons X.

                        Ultime remède : des transfusions de sang. Hier ,

j' ai reçu ma treizième , mais hélas sans grand résultat.

Le compte des globules rouges ne monte pas , et ma fatigue

devient  de  plus  en  plus  insupportable.

                    Est - ce  mon  voyage en  Italie qui m' aurait trop

affaibli ? Je ne le regrette pourtant pas.

     Et si je ne t'ai pas répondu plus vite , c'est parce que

je  me  suis  immédiatement  mis  au  travail  dans  cet

hôpital si agréable et si élégant , qu' on se croirait dans

un Sana suisse , et auquel j' ai été admis grâce à ma

carte de membre de l' Associated Hospital Service of

New  York , auquel j' ai payé régulièrement une petite

cotisation , depuis que j' étais employé à l' OWI [5].

         Venons - en à la Poésie ! J' accepte de tout coeur ton

offre généreuse, surtout parce qu'il me semble pour l'instant

que ce sera le dernier livre dont j'aurai choisi le sommaire

et surveillé la composition.

                        Gardons le titre " Das Traumkraut ". Je voulais avec

cette lettre t'envoyer le texte complet,dont le livre se composera

            Je t'envoie assez de nouveaux poèmes, pour doubler ou tripler

le nombre de  pages  que tu as  déjà ! Ça  fera  un  ensemble

cohérent. Mais pour qu' il en soit ainsi , j' ai dû renoncer

à extraire de vieilles choses dans mes livres antérieurs.

L' atmosphère y est si différente que je gâterais tout.

Je les abandonne aux géhennes.

            " Das Traumkraut "  sera mon seul recueil de poèmes

allemands.

                Tu trouveras , dans le manuscrit ci - inclus , une

nouvelle série de poèmes appartenant à celle que tu

détiens déjà *. Puis quelques Odes de différentes époques

écrites dans une forme horacienne très sévère et enfin !

quelques traductions de mes récents poèmes français, parus

dans l' Elégie d' Ihpétonga ( dont je  me  fais  un  plaisir

de t' envoyer un exemplaire)

            Cela suffira - t - il ?  Sinon , on pourrait y ajouter

une version allemande de mes "Chansons Malaises",×

mais seulement im ausserten Notfall [6].

               C' est  ce  travail  au  " Traumkraut "  qui  a  maintenu

mon moral ,   pendant  ces 8  semaines  pénibles ,  que

seule , aussi , Claire , a éclairées de son doux rayonnement.

               Et maintenant , j' attends tes critiques , tes suggestions

et t' envoie ma fraternelle affection 

                                                                                              Yvan

× Une bonne partie desquelles parut déjà en 1932 dans la 

"  Vossische Zeitung  " ,    "  Uhr  "  et autres revues.

            Le premier manuscrit que tu détiens , contient - il aussi

le poème de 3 pages " Hiob " que j'avais ajouté plus tard ?

Ms 615 Goll 510.324 - 163/164

Rappel des textes envoyés par Goll à Bosquet pour "Das Traumkraut" 

                                     

Rosentum                                                                                  II/320

Bluthund                                                                                           II/313

Geburt des Feuers                                                                            II/318

Die Sonnen-Kantate                                                                  II/326

Der Regenpalast                                                                        I/341

Tochter der Tiefe                                                                       II/348

Das Wüsten-Haupt                                                                    II/347

Der Staubbaum                                                                         II/344

In den Äckern des Campfers bist du daheim                           II/325

Der Salzsee                                                                                II/344

Die  Aschen-Hütte                                                                            II/345

Die Angst-Tänzerin                                                                   II/346

Schnee-Masken                                                                         II/324

Süd                                                                                            II/324

Ode an den Zürichsee (1949)                                                    II/414

Lothringische Ode (1949)                                                         II/411

Rasiel's Gesang     (en français dans Masques de Cendres)      IV/377 

Gipskopf               (en français dans Masques de Cendres)      IV/383

Todeshund     Chien de ma Mort (Masques de cendres 1949)  IV/390

Hiob's Gesänge                           (dans Lot 5, p.61)                II/322 et 437 avec variantes   

Stunden                                       (dans Lot 5, p.60)                 II/317 avec variantes

Hospital [In den Äckern des …]  (dans Lot 5, p.60)                II/325  sans variante

- 9 février 1950, Yvan Goll rédigeait un testament [7]

Sur l'agenda de Celan :

12 février :

13 février :

Goll meurt le 27 février 1950 à Neuilly-sur-Seine.


[1] Livre de Claire publié

[2] voir en annexe La Gazette des Lettres n° 96 - 3 sept. 1949 - bi-mensuel (Paris).

Yvan Goll, interview de Paul Guth p.1-2

[3] - La Gazette des Lettres n° 96 dont parlait Yvan dans sa lettre du 5 septembre.

- voir en annexe  l'article de Léon-Gabriel Gros,  Cahiers du Sud  298 - 2ème semestre 1949, p.478 à 485

- Almanach de l'Alsace et des Marches de l'Est, 4 - 1949

Camille Schneider : Yvan Goll, un poète d'Alsace en Amérique (avec portrait) p.138-139

[5] Sur le côté droit de cette feuille :

En France, n'étant pas un ouvrier salarié et ne bénéficiant pas de l'Assistance Publique, je devrais payer 2.600 francs par jour dans une salle d'hôpital.

[6] littéralement : en dernier ressort.

[7] Le voir en annexe